Le Cousin Jules - Blu-Ray : Chef d'oeuvre en terre Bourguignonne

Florian Descamps | 23 octobre 2015
Florian Descamps | 23 octobre 2015

Plus de quarante années après sa première projection en France, le sublime Le Cousin Jules de Dominique Benicheti est sorti cette semaine en Blu-Ray. Après sa restauration 2K en 2013, le film s'y montre-t-il sous un nouveau jour ?

1972. À l’heure où le Nouvel Hollywood commence sa mue outre-Atlantique avec Bertha Boxcar ou Le Parrain, un ancien diplômé de la FÉMIS (à l'époque encore IDHEC) conclut chez nous un projet fou : le portrait documentaire de son oncle Jules, parent germain de sa mère et forgeron installé en Bourgogne. Véritable prouesse à l’époque, ce portrait énamouré sera tourné sur 5 ans en Techniscope, puis capté en Stéréo. Bien que s'agissant du film le plus connu de son auteur, il est aujourd'hui tombé dans l'oubli. L'occasion donc avec ce Blu-Ray d'à nouveau saluer Carlotta, dont le travail le rappelle ici aux mémoires communes. En 1972 sortait ainsi Le Cousin Jules de Dominique Benicheti.

Cliquez sur les captures pour les afficher en haute résolution


Et comme à son habitude, notre Criterion national entreprend les choses avec beaucoup d’adresse. Fraichement restauré par le laboratoire Ann-Gulliver et la Gould Family Foundation de New York il y a deux ans, le master supplante sans surprise les vieilles VHS d'un film resté longtemps invisible en vidéo et magnifie avant tout l’imagerie particulière de Benicheti et son chef opérateur Pierre-William Glenn : la définition est ciselée, les contrastes et couleurs forts, et l’ensemble fidèle à l'aspect argentique connu de métrage. Côté son, deux pistes encodées en DTS-HD Master Audio 2.0 et PCM 2.0 sont disponibles. Si toutes deux peinent évidemment à masquer leur âge, de certains sifflements à d’évidents manques passagers de clarté, les réserves restent toutefois minimes : à l’image de certains travaux de Jacques Tati à la même époque, la bande originale résonne avant tout en un joyeux chaos naturaliste.


Au rayon des suppléments, Temps scéllé (20min), À l'origine d'une restauration (11min) et un mélange de rushs et archives de tournage (10min) viennent compléter le disque. Si l'ensemble impressionne par tant de passion et surtout de cinéphilie, on s'attardera d'abord sur À l'origine d'une restauration, où Benicheti se penche face caméra sur les prémices de la restauration qu'il débuta seul en 2009. On le suit nettoyant les traces de scotchs restés sur certaines bobines, retirant les dernières pastilles indicatrices de scission sur d'autres, et surtout se livrer pédagogiquement sur les nombreuses techniques de restauration d'une image avec une grâce juvénile toute communicative.

Il sera ensuite temps de s'intéresser à Temps scellé, où Pierre-William Glenn aborde le film sous un oeil plus artistique : hors de question pour le chef opérateur d'accepter l'étiquette « Nouveau naturalisme » de l'oeuvre, qu'il sait maitrisée de bout en bout, ni même son oubli, le considèrant pour sa part comme chef d'oeuvre légitime. À l'écoute des nombreuses anecdotes qu'il nous partage sur les envies de Benicheti et ses méthodes de travail, on a bien envie de lui donner raison.

captures supplémentaires

Résumé

Grande édition pour chef d'oeuvre intemporel qu'est donc cette édition Blu-Ray de Le Cousin Jules, et la promesse d'assister à un géant morceau de cinéma

commentaires

Francisco
24/10/2015 à 10:54

Ce film est une pure merveille. bien au-delà du documentaire c'est une leçon de poésie et de cinéma. Magnifique Blu-ray, effectivement. chronique d'un amour, d'une vie et d'une époque disparues.

Bolderiz
23/10/2015 à 14:29

Magnifique film que j'ai vu il y a fort longtemps alors que ce n'était pas du tout ma tasse de thé à l'époque et encore aujourd'hui d'ailleurs et pourtant... Je me souviens de superbes travelling et mouvements d'appareils assez hallucinant pour un "reportage" pour donner un terme générique à ce film et de la photographie, très belle et incroyablement soignée... Très bien que ce film profite d'une seconde vie, il le mérite.

votre commentaire