Body double : Carlotta sanctifie De Palma avec une édition collector incroyable

Simon Riaux | 1 décembre 2015
Simon Riaux | 1 décembre 2015

Limitée à 3 000 exemplaires, l'édition ultra-collector concoctée par Carlotta rend-elle justice au classique de Brian De Palma ?

Alors qu’il est souvent de bon ton de ne voir dans le cinéma de Brian De Palma qu’un décalque clinquant de celui d’Alfred Hitchcock, Carlotta sort le 2 décembre une édition ultra-collector de Body Double, un de ses plus grands films.

Film à effets, film à tiroir, film stylisé, film sur la vulgarité d’une époque et ses mirages, Body Double aura longtemps été conspué, méprisé, quand on ne l’aura pas accusé prématurément d’avoir vieilli. On rappellera donc grâce au formidable travail de l’éditeur Carlotta qu’il n’en est rien, que le metteur en scène demeure un styliste hallucinant à l’univers toujours aussi riche, grotesque, baroque presque, qui se joue des modes et de leur représentation avec une malice folle.

 

 

Il est question dans Body Double d’un comédien pas loin d’être raté, qui se voit embarquer dans une fausse machination lorsqu’il est témoin du meurtre atroce de la voisine qu’il a pris l’habitude d’espionner alors qu’elle se livre quotidiennement à une séance de danse érotique devant ses fenêtres. Lancé dans une enquête qui le fera passer à travers le quatrième mur, notre acteur évolue dans un univers à la charge sexuelle évidente, confronte ses peurs et ses frustrations, tandis que le réel ne cesse de se dérober.

 

 

PLEIN LES YEUX

Notons tout d’abord la qualité de la restauration, qui rend enfin grâce au métrage de Brian De Palma, dont les couleurs éclatent, les cadres retrouvant leur saisissant relief, leur composition millimétrées. La copie est quasi-parfaite, jusque dans les nombreuses scènes de nuit, tandis que les contrastes permettent enfin d’apprécier certains éléments avec leur impact d’origine.

Le meurtre central du film recouvre ainsi sa puissance, et nous rappelle que le cinéaste réussit ici le tour de force de filmer une mort simultanément gore et suggérée.

 

 

Clinquant, démonstratif, m’as-tu-vu, le film l’est assurément, mais il est désormais indiscutable que cette dimension, plus qu’un effet de mode rendu ridicule par le temps, est bien un élément constitutif de l’œuvre, et non un effet des décennies passées. Body Double singe ainsi la géographie de Los Angeles, se moque de ses artefacts et de ses emblèmes en un tourbillon criard, ici restitué à la perfection.

 

 

BONUS

Difficile de faire la fine bouche. Si les non-connaisseurs se demanderont peut-être pourquoi on y trouve une longue interview de Joe Napolitano, premier assistant réalisateur sur le film, interrogé dans un cadre un peu austère, le résultat est fabuleux. Collaborateur régulier de De Palma, il livre un très grand nombre d’infos et permet de bien mieux appréhender le travail de l’artiste.

 

 

Quant aux 4 modules dirigés par Laurent Bouzereau (maître des bonus DVD et spécialiste en la matière), s’ils sont un peu brefs, ils donnent la parole à quantités d’intervenants qu’on se réjouit de retrouver ici et abordent plusieurs points essentiels. Il en va de même pour la préface vidéo de Samuel Blumenfeld, qui si elle ne révolutionnera pas votre vision de l’ensemble, contribue efficacement à offrir quelques pistes de lecture.

 

LE POIDS DES MOTS

Mais le bonus qui fait de cette édition plastiquement superbe un objet totalement indispensable pour les amateurs de De Palma (et pour les autres hein, c’est bientôt Noël), c’est la présence, en plus du double DVD et du Blu-Ray, d’un livre de 200 pages, d’une richesse inouïe.

Ce dernier contient une cinquantaine de photos d’archive inédites, mais surtout Double De Palma, texte de Susan Dworkin et véritable bible consacrée au tournage du film, à son réalisateur et au processus créatif qui a abouti à la fabrication de Body Double.

 

 

Il s’agit probablement d’un des ouvrages les plus foisonnants, complets, composites et intelligents jamais rédigés sur le metteur en scène. A la fois mise en perspective de ses obsessions et motifs, l’essai se veut aussi journal de bord, portrait en forme de mosaïque d’un artiste insaisissable et réflexion sur le Los Angeles de l’époque.

Les amateurs y découvriront en outre de nombreuses informations techniques particulièrement éclairantes sur les modalités de tournage des années 80. Enfin, l’ensemble est écrit dans un style à la fois limpide et remarquable d’intelligence, se dévorant presque comme un polar une sorte de contre-la-montre qui opposerait De Palma, Hollywood et les conventions esthétiques d’alors.

 

Résumé

Tout simplement indispensable, cette édition d'un nouveau genre mérite de figurer en bonne place au pied du sapin, quand bien même vous devriez pour cel avendre quelques organes, ou les dents de vos enfants.

Lecteurs

(4.5)

Votre note ?

commentaires

JackieBoy
03/12/2015 à 02:30

@noodles...tu aurais dû mieux vérifier avant. La majorité des bonus se retrouve justement sur l'édition collector, comme il avait été annoncé.

noodles
02/12/2015 à 18:54

je viens de recevoir l'edition simple bluray carlotta de body double,ou sont passé tout les bonus annoncé ? quelle deception !

Cedjav
02/12/2015 à 00:08

Eh les gars laissez Loic le troll en s'en fout pas vrai les copains? Sinon c'est beau cette edition, Moi je le veux ce coffret mais j'ai pas les moyens. C'est cher!

Lolo le troll
01/12/2015 à 23:01

Loïc ou autre prend tes cachetons...

Mad
01/12/2015 à 22:50

Loïc, Mounia... Ou qui que tu sois. Ferme bien ta gueule, s'il te plaît.

Mounia
01/12/2015 à 21:21

Bravo a la feminite assumee par de palma, cependant la femme devrait etre a la fois la muse et le createur. Nous navons pas besoin de systematiquement couvrir de lauriers l'homme pour son genie creatif et reduire la femme a un simple modele....

stivostine
01/12/2015 à 18:17

vu au ciné a lepoque, ahhhhhh deborah shelton et FGH, on était 5 dans la salle

Mad
01/12/2015 à 16:53

Chuuut! Chuuut! Je ne le précommande que ce soir et 3000 exemplaires ça part vite alors chuuuut! JE LE VEUX.

Dirty Harry
01/12/2015 à 16:35

Prenez mon Argent Carlotta !!!!

votre commentaire