Ricki and the Flash - Blu-Ray : On teste le dernier Jonathan Demme

Florian Descamps | 21 janvier 2016
Florian Descamps | 21 janvier 2016

Cette semaine est sorti en Blu-Ray Ricki and the Flash de Jonathan Demme. Après une sortie en salle timide, le film jouit-il d'une belle édition vidéo ?

Dire que Ricki and the Flash de Jonathan Demme ne connut pas le succès escompté en salle serait un doux euphémisme. Avec à peine 40M$ de recette à l'international pour 18M$ de budget, le film s'inscrit en effet loin des grandes heures de sa carrière (Le Silence des Agneaux, 1991 - 272M$, Philadelphia, 1993 - 206M$), concordant avec le relatif échec de son Un crime dans la tête (2004 - 96M$), qui remboursa de peu son budget. Pour autant, il serait dommage de passer à côté.

Porté par une Meryl Streep magistrale, somme des thématiques du cinéaste (l'amour des personnages marginaux, regard mélancolique sur la vie, rapport profond à l'humain), Ricki and the Flash est de ces feelgood movie nécessaires, mineur dans la filmographie de Demme, mais bulle d'air dans cette année cinématographique. Le film nous arrivant cette semaine en Blu-Ray, on vous parle évidemment de l'édition.

Cliquez sur les captures pour les afficher en haute résolution
Capture 1 

Capture 2


Et techniquement, on tient une édition convaincante. Déjà producteur du film, Sony livre donc ici un master peaufiné et plutôt enjoleur : la définition est précise, les couleurs pétantes et la photographie chaude de Declan Quinn respectée et indéniablement grandie. Côté son, VF et VO sont proposées en DTS-HD Master Audio 5.1 et finissent sur un ex-aeco. Outre les scènes de dialogues, on retrouve ainsi des segments musicaux extrêmements bien spatialisés et bénéficiant d'une réelle amplitude, des empreints faits à U2, comme à Lady Gaga ou Bruce Springsteen.

Au rayon des suppléments, on retrouve un making of de 10 minutes, 4 scènes coupées, une galerie photo et une featurette dédiée à Rick Springfield (guitariste de groupe de Ricki dans le film). Si on regrette que le making of soit si court et surtout superficiel, les 4 scènes coupées réprésentent elles un vrai intérêt, du passage rock'n'roll (et un poil maladroit) de Ricki à la douane, au morceau « Wooly Bully » repris par le groupe sur scène. Restera alors Rédécouvrir Rick Springfield (5min28), zoom sur un chanteur malheureusement méconnu de notre côté de l'Atlantique, mais au charme et à la remise en contexte appréciable. De quoi prolonger un peu plus l'expérience post-film.

captures supplémentaires

Capture 3

Capture 4

Capture 5

Résumé

Édition convaincante donc, que ce Blu-Ray de Ricki and the Flash. Le mérite à une facture technique peaufinée à et des suppléments en partie convaincants.

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire