The Disaster Artist : critique qui y va Franco

Simon Riaux | 26 janvier 2018
Simon Riaux | 26 janvier 2018

Hollywood peut-elle se pencher sur les origines d’un nanar culte ? Question épineuse pour projet funambule, emmené par un artiste aux casquettes multiples, The Disaster Artist nous arrive précédé d’une flatteuse réputation venue d’outre-Atlantique.

 

Z COMME FRANCO

L’acteur, scénariste, producteur et réalisateur James Franco adapte ici The Disaster artist – My Life Inside The Room, the Greatest Bad Movie Ever Made, écrit par Greg Sestero et le journaliste Tom Bissell. Y sont narrées les mésaventures de Sestero faisant suite à sa rencontre avec l’étrange Tommy Wiseau dans un cour de théâtre, solitaire excentrique aux origines et à l’âge mystérieux, aux moyens illimités et à l’ambition cinématographique contagieuse.

 

PhotoUne avant-première historique

 

De leur alliance naîtra The Room, film à la nullité tellement invraisemblable qu’il entraînera une véritable dévotion chez les amateurs de curiosités filmiques. C’est la naissance de ce duo improbable et la genèse de ce métrage absurde que raconte The Disaster Artist. Le risque de voir James Franco se complaire dans un rire bouffon, le ricanement goguenard qui présidait à This is the End ou The Interview était grand et aurait pu transformer le projet en moquerie puante.

Sauf que le bonhomme est justement le mieux placé pour se glisser dans la peau de Wiseau, et poser sur lui un regard aussi ambigu que l’œuvre qu’il décortique. Super-star connue dans le monde entier depuis son plus jeune âge, Franco est aussi une figure équivoque, à l’égo tour à tour heurté et étincelant, capable de s’oublier quand il passe derrière la caméra, dans de grotesques nanars boursoufflés. Tantôt adulé, moqué, vénéré, tourné en ridicule, sa figure demeure rétive à l’analyse simpliste et fait de lui un alter-ego de strass et paillettes idéal.

 

Photo James FrancoJames Franco/Tommy Wiseau

 

FILM CATASTROPHE

Pour sincères que soient les rires qui accueillent les projections délirantes du monstre de Wiseau, ses amateurs ne pourront nier que dans l’amour voué aux grands films Z demeure une part de persiflage, un mépris pas toujours bon enfant. James Franco ne s’y vautre jamais, mais tente de faire sien dans un premier temps ce regard si particulier, raille autant qu’il questionne. Wiseau est-il un démon raté, une bonne fée maladroite, un fantasme d'hubris mal placé, la victime d'un système qui va jusqu'à le recycler aujourd'hui pour le transformer en billets verts ? Tout cela à la fois.

Puis, progressivement, grâce à d’excellents dialogues et un casting au diapason du projet, le cinéaste crée l’empathie et le mystère. À coup de regards incompréhensibles, d’éclats de rire cryptiques, de décision démente, il fait quasiment basculer Wiseau sur le terrain du mythe, du fantastique, offrant à ce génie du mauvais cinéma une énergie qui abat simultanément les défenses de ses proches et du public.

 

Photo James FrancoLa classe à Vegas

 

Peu importe finalement que le film, qui se tient techniquement, manque souvent de proposition de mise en scène ou de créativité en matière de découpage, tandis que son scénario se déroule de manière relativement attendue. Son réalisateur s’y plonge totalement, dresse un portrait énigmatique, dont il avoue bien volontiers ne pas lui-même posséder la clef. Un positionnement équivoque qui fait aussi la richesse de The Disaster Artist, lui confère une nature changeante, inclassable et par endroit fascinante.

 

Affiche française

Résumé

Attendu dans sa narration et son déroulement, The Disaster Artist convainc grâce à l'engagement total de Franco aux côtés de son double déviant, et de la foi aveugle qu'il profère dans le 7e Art.

Lecteurs

(5.0)

Votre note ?

commentaires

Number6
06/03/2018 à 22:57

Je crois pas que le DVD du film de wiseau soit sorti en VF ou vost. Fort dommage.

Sinon, pour.celles et ceux qui ne connaissent pas, je vous invite à regarder la vidéo du fossoyeur de films sur ce film. Et sur tous ce qu'il fait d'ailleurs. Je suis amoureux de ce type.

Fhanachi
06/03/2018 à 14:29

Loki: référence cinématographique de haut vol!

Raoul
29/01/2018 à 12:56

Qu'est-ce que Loki est aller faire dans cette galère...

Simon Riaux - Rédaction
26/01/2018 à 16:54

@Sess

Non Sess, le film étant très didactique, il peut parfaitement être vu sans connaître préalablement The Room. En revanche, regarder The Room préalablement vous permettra d'apprécier plus finement le regard complice que Franco établit entre l'oeuvre, lui-même et le spectateur.

Sess
26/01/2018 à 16:34

Faut-il avoir vu The Room pour bien kiffer celui-ci ?

Roukesh
26/01/2018 à 16:29

Bien belle critique. Un film que j'attendais, et que j'attends d'autant plus aujourd'hui. En espérant une distribution moins dégueulasse que d'habitude pour ce genre de films.

votre commentaire