The Outsider : critique gaijin

Créé : 13 mars 2018 - Lino Cassinat

Jared Leto devient un yakuza dans les années 50 à Tokyo pour le film Netflix The Outsider. Détruit par la critique US, ce film valait-il tant de haine ?

Photo Jared Leto
48 réactions

GAIJIN NETFLIX

Étrange projet que The Outsider. Racontant l’histoire d’un américain prisonnier de guerre abandonné par son pays et rejoignant un gang de yakuza dans les années 50 à Tokyo, il est un pur film de commande passé dans les mains de plusieurs réalisateurs et ayant pressenti nombre d’acteurs principaux. Sentant probablement la galère arriver, les deux producteurs du film ont revendus les doits intégraux du film à Netflix pendant le tournage, après avoir obtenu Martin Zandvliet (remarqué pour Les Oubliés) à la réalisation et Jared Leto au dernier moment.

 

Photo Jared LetoOn dirait pas comme ça, mais Jared Leto n'est absolument pas le chef de la bande.

 

Tout cela peut sembler anecdotique, mais là réside peut-être l’explication quant à ce qui ne va pas dans ce film : il semblerait que personne n’ait cherché à prendre le projet à bras le corps. Ce manque d’implication a valu au film de se faire détruire assez sévèrement par la critique américaine, là où en réalité, si l’on omet quelques tics typiques et pénibles de production américaine se comportant comme un touriste en terre étrangère (comme par exemple la propension à faire parler les personnages du film en anglais alors qu’on est au Japon), The Outsider est correct. Tout autant qu’il est complètement oubliable.

 

photoReprésentation fidèle de la motivation générale de l'équipe  de production vis à vis du film

 

BON SÉRIEUX, QUELQU'UN VEUT LE FAIRE CE FILM OUI OU NON ?

Nul doute que le film ait été fabriqué par des gens compétents, la preuve en est que les acteurs, comme le style feutré et tout en retenu de Zandvliet font passer comme une lettre à la poste un scénario très convenu sur l’honneur, qui aurait pu être riche en images d’Épinal clichées et en maximes mongoloïdes explicatives, mais qui se contentera juste d’être beaucoup trop classique pour être vraiment efficace. L’ambiance et le style très distant du réalisateur permet en effet de nimber ses personnages de suffisamment de mystère pour que leurs mécaniques rouillées ne soient détectables que ponctuellement, aux environs des articulations narratives.

 

Photo Tadanobu AsanoParadoxalement, c'est le casting japonais qu'on sent le plus motivé pour faire ce film

 

En résulte un film calme, taciturne et élégant, à la photographie de très bonne facture voire presque belle, mais échouant globalement à installer durablement la tension sourde nécessaire pour que ce genre de récit fonctionne, une fois les agréables 10 premières minutes en prison envolées. C’est regrettable, car le concept de base avait vraiment le potentiel pour accoucher d’un polar noir et d’une ambiance prenante, en capitalisant vraiment à fond sur la désorientation culturelle à la fois du personnage principal, mais aussi du Japon en pleine occupation américaine, se remettant à peine de la déroute de la Guerre et du feu nucléaire.

On doit malheureusement se contenter de regarder Jared Leto voguer paisiblement de scènes en scènes sous la caméra d’un Martin Zandvliet qui sert la soupe avec compétence, mais sans conviction, et surtout, sans questionner son matériau. Au détour d’une scène de tatouage irezumi soignée, ou après un brutal coup de katana (le seul du film), on rêve ainsi que ces deux employés soient remplacés par deux artistes comme Michael Fassbender et Martin Scorsese, dont le dernier Silence prouve avec flamboyance qu’il aurait totalement pu être l’homme de la situation pour raconter cette histoire d’occidental se frayant un chemin bon gré mal gré dans une culture qu’il ne pourra jamais comprendre totalement.

 

Affiche officielle

Résumé

The Outsider est bien trop impersonnel pour raconter quoi que ce soit d’intéressant. Le film a au moins le mérite de demeurer poliment regardable.

commentaires

amateur 14/03/2018 à 09:25

vous êtes sévères!!! Franchement et par rapport à tout ce qu on nous sert, c'est pas si mal! et ça se laisse regarder, bon avec un soupçon de "facilité" je vous l'accorde... mais plutôt bien joué et bien filmé...

maxleresistant 13/03/2018 à 15:34

@snake88 malheureusement du coté des long-métrages c'est un peu ça.
Netflix ferait mieux de revoir leurs exigences. Parce qu'en ce moment c'est plus quantité que qualité sur le service.

Lino Cassinat - Rédaction 13/03/2018 à 12:10

15% sur Rotten Tomatoes, 30% sur metacritic, et des headlines type "c'est encore pire que ce vous imaginiez" ou "aussi profond et utile que le tatouage kanji sur l'avant bras de votre pote parti en voyage spirituel au japon".
On est quand même pas loin de la destruction non ? :)

Euh 13/03/2018 à 09:27

Pitch énorme, quel gâchis de ne pas confier ça à un grand réalisateur et à quelqu'un d'autre que Jared l'endive leto

snake88 13/03/2018 à 09:26

Faut pas que Netflix se transforme en dépotoire pour les projets overhypés ou ceux que plus personne ne veut produire...

LeConcombreMoisi 13/03/2018 à 09:23

Tout cela est très joli mais qu'est-ce que c'était chiant !
Entre Jared Leto qui essaie de la jouer Ryan Gosling de Drive ou Only God Forgives et les loooooongues déambulations dans un Osaka des années 50 (la reconstitution historique est d'ailleurs complètement absente, on se croirait dans les années 2010 moins les smartphones), on s'ennuie ferme.
Non, ce n'est vraiment pas bien du tout.

Prof. Broom 13/03/2018 à 09:20

The Outsider n'a pas vraiment été détruit par la critique US. Celle-ci a plutôt conclu plus ou moins comme ici : soigné mais ennuyeux.

votre commentaire