Jupiter : le destin de l'univers - critique du retour du Space Opera

Simon Riaux | 4 juin 2020 - MAJ : 10/06/2020 12:42
Simon Riaux | 4 juin 2020 - MAJ : 10/06/2020 12:42

Après l'échec immérité de Cloud Atlas, on pouvait craindre que le nouveau projet prométhéen de Lana et Lilly Wachowski, Jupiter : le destin de l'univers, ne soit qu'un blockbuster de science-fiction parmi tant d'autres, calibré pour retrouver les faveurs du public et de l'industrie. Inquiétude malvenue, puisqu'il nous offre un séisme d'une ampleur inespérée.

ELLE EST FORTE CETTE JUPILER

Il faut moins d'une demie-heure à Jupiter : le destin de l'univers pour enterrer corps et bien tout ce que Hollywood a produit depuis plusieurs années en matière de grand spectacle et de space opéra. Le temps d'une incroyable poursuite entre ciel, mer et terre survenant dès la première bobine, où Channing Tatum affronte une escadrille surarmée, le film nous laisse bouche bée. Et son pouvoir de sidération ne fera que croître durant les deux heures suivantes.

Le temps d'une épopée radicalement dénuée de temps morts, les Wachos nous transportent par leur ambition démesurée. Leur fresque spatiale est un défi au temps de cerveau disponible, tant l'œuvre fourmille de détails ahurissants, révèle de décors aux arcanes délirantes, absorbe le moindre neurone du spectateur par sa vivifiante richesse.

  

Photo Mila KunisMila Kunis

 

JUPITER ET AU DELÀ 

Profitant d'un scénario linéaire dont la construction s'échine à mener un récit extrêmement dense à un train absolument infernal, les réalisateurs amplifient encore l'impact du métrage en le saturant de concepts, qui justifieraient que des films entiers leur soient consacrés.

Qu'il s'agisse d'une touchante scène où se glisse Terry Gilliam, de mano à mano puissants, de poursuites frénétiques qui feraient rougir même les petits gars de Pixar, ou de joutes spatiales aux dimensions jamais vues, on cherche en vain un faux pas, une faute de goût. Même l'improbable look de Channing Tatum convainc et finit par apporter une belle touche de vulnérabilité à ce guerrier impénétrable. 

 

photo Eddie RedmayneEddie Redmayne, délicieux méchant

  

Les personnages ne sont pas en reste. Simplissimes sur le papier, leur écriture jouit d'une cohérence et d'une logique implacable, chacun étant mû par une force le dépassant et l'amenant à transcender sa condition, dans le bien comme le mal. Les Wacho parviennent à rendre instantanément palpable les enjeux, la romance centrale du récit et le climax herculéen qui conclut cette apothéose filmique.

La magnifique gestion de l'espace et de son univers confèrent au film une virtuosité qui nous venge d'innombrables blockbusters produits à la chaîne avec un mépris souverain du public envisagé comme un troupeau d'oie à gaver. Jupiter : le destin de l'univers porte le grand spectacle à un niveau stratosphérique, avec une ambition qu'on n'avait peut-être pas vue depuis... 1977.

 

Affiche

Résumé

Un spectacle ahurissant, qui s'efforce à chaque image de décoller la rétine du spectateur et l'embarque dans une épopée spatiale aux proportions mythologiques.

Autre avis Geoffrey Crété
Jupiter : Le Destin de l'univers a beaucoup, beaucoup de défauts. Mais il a aussi beaucoup d'ambition, d'idées et d'énergie. Et si la dose de niaiserie parfaitement incarnée par le duo d'acteurs est maladroite, la beauté, la vitesse et le désir d'ouvrir les portes d'une mythologie spatiales laissent souvent pantois.

Lecteurs

(3.5)

Votre note ?

commentaires

Kyle Reese
06/06/2020 à 18:12

J’ai essayé de le regarder.
Visuellement c’est plutôt réussi avec une belle direction artistique.
Mais l’histoire et l’interpretation ... c’est vraiment pas ça, les enjeux sont très clichés, je me suis gravement ennuyé et j’ai usé de la touche rapide plus souvent que pour Terminator Genesys (qui est parfois amusant) et Justice League, c’est dire.
Je n’ai pas compris ce que les Wachos ont essayé de faire. Pas grave.

Guigui2000
05/06/2020 à 23:38

Ma critique préférée sur ce site avec le dossier sur ghost of Mars! Mon seul regret c'est de ne pas avoir le courage de me retaper cette bouse avec vos arguments en tête! Entre la référence à starwars et le passage où vous dites chercher la moindre petite faute de goût (rien que le look de channing Tatum pour commencer, les Renault twizy...) je n'arrive pas à comprendre si c'est de l'ironie ou si quelqu'un a perdu un pari :))

Miami82
05/06/2020 à 12:15

Je vais aller à contre courant du mouvement. Perso j'ai adoré ce film. Et pourtant je trouve l'encensement qui a été fait sur le génie du duo Wachowski largement surfait et ce depuis Matrix déjà.
Et à l'inverse, j'ai trouvé Cloud Atlas relativement prétentieux et d'un ennui incroyable.

Arnaud (le vrai)
05/06/2020 à 09:43

Je l'ai reessayé du coup hier (ma niece a vu la bande annonce et voulait le voir), et franchement non je suis desolé mais c'est archi mauvais. Un etron total, une honte absolue. Et qu'est-ce que ca joue mal mon Dieu ....
Ca ne peut pas etre Eddie Redmayne, le meme gars qui a joué Stephen Hawkins. Il est joue tellement mal que ca en devient drole (il a pas eu un Razzie d'ailleurs pour ce film ?)

L'histoire est bete a manger du foin et les scenes d'action ne revolutionne rien (en plus d'avoir pris un petit coup ...)

Bref c'est mauvais, j'ai pas tenu jusqu'au bout j'en pouvais plus

Gollem13
05/06/2020 à 09:37

LA CRITIQUE DE LA HONTE. Vous avez reçu une valise, c'est pas possible autrement... Pour ma part je l'ai vu au cinéma. C'était tellement pénible. Les personnages sont plus clichés que dans les contes de Perreau. C'est ze nanard à gros budget ultime. J'ai réessayé de le regarder depuis, mon estomac à tendance à se vider dès le quart d'heure dépassé. NUL NUL NUL comme dirait un de nos penseurs contemporains.

Machin
05/06/2020 à 09:30

ahahahahahahahahhahaha !

4,5 / 5 sérieux??? Mais faut dire non à la drogue les gens au bout d'un moment! XD

Beaulardon
05/06/2020 à 08:36

M1pats on ne te prend pas non plus au sérieux x)

Garm
05/06/2020 à 07:27

Bizarre... j’ai pas vu le même film.
Des qualités, il y en a c’est evident, mais l'écriture... c’est compliqué et pas facile a défendre

Karna
05/06/2020 à 05:51

Vous me vendez du refe là. J'étais passé à coté, pensant que c'était un enième film "young adult" dans la veine Hunger Games et Divergente.

Jonthebe
05/06/2020 à 00:31

Bizarre ! J'aurais du détester et à l'arrivée j'ai adoré ! Plusieurs fois en plus . De la science fiction pulp totalement débridée et avec une vraie vision d'auteur. Magnifique !

Plus

votre commentaire