De Hérédité à Midsommar : comment Ari Aster est passé des ténèbres à la lumière

Simon Riaux | 15 juillet 2019 - MAJ : 16/07/2019 15:55
Simon Riaux | 15 juillet 2019 - MAJ : 16/07/2019 15:55

commentaires

sylvinception
16/07/2019 à 11:45

totalement d'accord avec le com de Stivostine...

Stivostine
15/07/2019 à 20:15

"Dossiers Films" sorti trop tôt

ploplo
15/07/2019 à 20:06

Ari Ester a fait un pacte avec le diable ou il lui a piqué toutes ses recettes.

banban
15/07/2019 à 17:46

@K la quasi-absence (ou absence tout court ?) de jumpscare c'est justement tout l’intérêt du cinéma de Ari Aster et ça fait du bien !

Geoffrey Crété - Rédaction
15/07/2019 à 15:50

@K.

Pas de mécanique de jumpscare ici, la peur et l'angoisse passe par d'autres procédés !

K.
15/07/2019 à 15:08

Peur de me spoiler avec la critique mais je voulais demander s'il y avait des jump scares dans ce film Ecranlarge ?

Je supporte pas trop ces saloperies au ciné alors bon...

Greg
15/07/2019 à 13:40

Tout cela donne diablement envie, mais je crains que ma fragilité chronique devant le gore « réaliste » ne m’empêche de voir ses films. Maudite faiblesse.

votre commentaire