Le Livre d'Eli : pourquoi on s'en souvient encore 10 ans après

Simon Riaux | 10 juin 2020
Simon Riaux | 10 juin 2020

Sorti sans faire d’éclat au box-office, Le Livre d'Eli compte néanmoins parmi les récits post-apocalyptiques les plus fréquemment évoqués. Comment le film a-t-il fait son chemin dans la mémoire collective ? 

Nanti d’un budget correct, mais pas faramineux, reçu par une presse mitigée et un public qui ne lui a pas fait un triomphe en salles, Le Livre d’Eli avait tout pour disparaître presque instantanément des mémoires. Et pourtant, quand on évoque Denzel Washington ou les descendants de la saga culte Mad Max, il ne faut jamais bien longtemps avant que les Internet ne bruissent de commentaires à la gloire du film des frères Hughes. Il faut dire que le temps a joué en la faveur d’un métrage bien plus riche et abouti qu’il n’y paraît. 

 

photo, Denzel WashingtonDenzel in black

 

DE GLORIEUX AÎNÉS 

Sorti en 2015, Mad Max : Fury Road a rassasié les fans de l’épopée motorisée de George Miller. Mais en 2010, les amateurs de plaines dévastées, de faces burinées par le soleil et de violence désespérée criaient famine, et l’aventure proposée par les frangins Hughes avait tout d’une poire pour la soif. La critique américaine ne s’y sera pas trompée, Entertainment Weekly le qualifiant de “Mad Max 2 sans poursuites, ou La Route privée de son humanité”. Deux références évidentes, mais qui, parfaitement digérées, permettent au film de ressusciter tout un pan de l’épopée dystopique. 

Ce monde, dont quelques indices nous indiquent qu’il a été ravagé par un conflit nucléaire, évoque directement, par sa gamme chromatique, mais aussi sa grammaire architecturale, le chaos austral de Miller. Ses vastes structures carbonisées, sa nature absente, mais plus concrètement, les rares véhicules encore en état de marche, rappellent directement The Road Warrior. Il en va de même concernant les nombreuses brutes qui le peuplent, entre haillons, vestes de cuir et fétichisme accessoire. 

 

photo, Denzel WashingtonLa Route Warrior

 

Dans une des toutes premières séquences du film, Eli fait face à un groupe de pilleurs cannibales, et l’évidence avec laquelle la mise en scène digère ses influences (qui vont également chercher du côté de La Course à la mort de l'an 2000 et de tout ce que le bis rital a proposé dans les années 80) est un régal pour qui apprécie ses codes. Au gré d’un découpage rigoureux, la caméra saisit ce qui pourrait être une enfilade de clichés épais, mais les ordonne avec un mélange de géographie, de déférence et un premier degré, qui rappelle soudain combien ces héros solitaires et taiseux nous ont manqué. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

Murata
11/06/2020 à 12:40

Je dois être le seul à avoir trouvé ce film très moyen avec un twist final tout faisandé.

Alaindubourgdubrin
10/06/2020 à 21:24

Film excellent pour qui sait faire preuve d'honnêteté intellectuelle.
Je regarde systématiquement les films qui intègrent une composante religieuse afin de me faire mon propre avis car beaucoup les dénigrent juste pour brandir leur anticléricalisme et se réfugient derrière leur prétendue défense de la laïcité pour cracher leur venin, leur extrémisme et leur intolérance.

Mat09
10/06/2020 à 21:14

Moi je le suis abonné car j’adore vos critique ( même si MR Riaux semble terriblement ennuyé par le cinéma d’aujourdhui )
J’encourage @Mx de faire de même pour se permettre de critiquer l’aspect financier
La qualité a un prix, et il est amplement mérité

Pour conclure, le livre d’éli reste pour moi une référence en matière de mise en scène qui manque cruellement au cinéma actuel (Nolan et quelques autres faisant abstraction) et je suis entièrement d’accord avec l’article ????

Le Diable
10/06/2020 à 17:33

Et avez vous vu ''le livre de Dieudonné''?

Geoffrey Crété - Rédaction
10/06/2020 à 14:51

@Mx

Oui, et on rappelle à nouveau que les articles payants sont au nombre de 3 par semaine, sur une petite centaine accessible sans abonnement.

Pour le pourquoi de l'abonnement, re-voici nos articles d'explications :

Lors du lancement l'année dernière
https://www.ecranlarge.com/films/news/1086257-ecran-large-lance-un-abonnement-et-texplique-pourquoi

Pendant la crise récente qui a remis l'abonnement au centre de notre avenir https://www.ecranlarge.com/films/news/1173641-coronavirus-comment-ecran-large-et-les-medias-tentent-de-survivre-a-la-crise

Mx
10/06/2020 à 14:33

La fin est sujet à débats, par contre, coté mise en scène, tu parles de budget zéro, heu on n'a pas du voir le même film!!

et encore un article payant!!

Bishop
10/06/2020 à 14:26

Et le côté bondieuserie ridicule on en parle ?

Sur le scénar, il n'y a pas d’intérêt SPOIL SPOIL SPOIL le gars il protège un bouquin alors qu'en fait même si on le brûle il s'en fout vu qu'il le connait par cœur SPOIL

Côté mise en scène c'est certes pas mal, mais le budget 0 se voit dans tout les plans

MickeymousE
10/06/2020 à 13:46

J'ai trouvé le twist assez mauvais surtout après avoir revu le film.

Par contre c'est très bien filmé mais manque quelque chose pour passer un niveau.

un bon Mad max assez froid (sans l'humour, l'aspect visionnaire et le côté décalé)

votre commentaire