Wayne's World : la première grande comédie geek, qui a propulsé Mike Myers

Lino Cassinat | 12 juillet 2020
Lino Cassinat | 12 juillet 2020

Malgré un coup de vieux, il façonne un univers toujours aussi attachant organisé autour de thèmes encore vivaces aujourd'hui : voici l'excellent Wayne's world !

 

photo Wayne's WorldVos excellents présentateurs vous accueillent

 

PARTY TIME

L'histoire de Wayne's world commence non pas au cinéma, mais à la télévision, plus particulièrement avec la reine des émissions comiques comiques : le Saturday Night Live. Au début des années 90, l'émission connaît son second âge d'or après celui de la fin des années 70-début des années 80, et, de même que le premier généra l'hilarant Les Blues Brothers en 1980 grâce à la popularité des personnages de Dan Aykroyd et John Belushi, ce second moment de grâce dans l'histoire de l'émission généra Wayne's world en 1992.

À ce moment-là, Mike Myers est un membre récurrent et apprécié du Saturday Night Live, mais il n'a encore aucun film à son actif et sa popularité est limitée aux spectateurs réguliers de l'émission. Mais cette popularité est suffisamment forte pour convaincre la Paramount de financer un film autour du personnage de Wayne Campbell, qu'il interprète régulièrement dans l'émission. Soit une sorte de gentil geek metalleux, fan de pop culture souvent un peu à côté de la plaque, mais toujours enthousiaste et qui tient une émission de télé en accès libre enregistrée dans le sous-sol de la maison de ses parents (chez qui il vit encore).

 

 

photoNe sous-estimez pas ceux qui ont l'apparat de la lose

 

Le studio met un budget confortable de 20 millions de dollars (à l'époque) sur la table pour que le film se fasse, et la réalisatrice Penelope Spheeris, est engagée pour emballer le scénario de Mike Myers co-écrit avec le couple Bonnie et Terry Turner. Sauf que le tournage ne se passe pas très bien. Il est de notoriété publique que Mike Myers a un très mauvais caractère, et il trouve le moyen de s'embrouiller avec plus ou moins tout le monde à différents stades du tournage, mais notamment avec son partenaire Dana Carvey, qui vit mal son rôle de sidekick alors que c'est un acteur bien plus expérimenté que Mike Myers (qui n'a alors même pas trente ans), et avec la réalisatrice en qui il ne fait pas confiance.

Mais Myers reporte en réalité sur elle son absence de confiance en lui et en son projet : il croit de moins en moins au potentiel comique de son film à mesure que le tournage avance, au point qu'il estime que personne ne rira face à la scène en voiture avec Bohemian Rhapsody, qu'il trouve nulle, alors même qu'elle deviendra essentielle au film. En interview dans les suppléments, Mike Myers se décrit même pétri d'anxiété et inconsolable lorsque le public s'assoit avant la première projection-test du film : "Je trouvais le film épouvantable". Bien heureusement, Mike Myers a faux sur toute la ligne.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

Opale
13/07/2020 à 15:25

Super film à l'époque. Dommage que M. Myers soit devenu insupportable par la suite...

Jean Neige
13/07/2020 à 09:33

Voituuure !!!

dams50
12/07/2020 à 20:58

Engagement !

Jack jones
12/07/2020 à 20:35

Le 2éme est largement meilleur je trouve .

Stridy
12/07/2020 à 13:06

Grosse mention ++ pour l'adaptation française.

Cooper
12/07/2020 à 11:40

Oh la la, mes années collèges, rien que la tête de Garth Alguar était à mourir de rire, pas revu depuis au moins 25 ans, faudra que je revois ça.

votre commentaire