Le spin-off de Fast & Furious dans la tourmente, un producteur poursuit Universal en justice

Christophe Foltzer | 18 octobre 2018 - MAJ : 18/10/2018 08:01
Christophe Foltzer | 18 octobre 2018 - MAJ : 18/10/2018 08:01

Que l'on aime ou non, on ne peut que reconnaitre que la franchise Fast & Furious a connu une trajectoire particulièrement intéressante. Conçue à l'origine comme véhicule pour Vin Diesel, elle semble aujourd'hui vouloir tout faire pour s'en passer.

Et il ne s'agit pas de mauvais esprit de notre part, mais d'une simple constatation à froid, en regardant les derniers épisodes. Alors certes, la mort de Paul Walker a beaucoup modifié les plans prévus pour l'évolution de la franchise, mais il est quand même bon de noter que depuis l'arrivée de Dwayne Johnson dans le rôle de Luke Hobbs, les choses ne sont plus pareilles.

 

Photo Vin DieselVin Diesel

 

Devenue un gros actionner encore plus bourrin qui en appelle constamment à la suspension d'incrédulitéFast & Furious a donc su se réinventer en mode WTF, trouvant enfin son public au sens large. Et si l'avenir semble encore un peu confus pour la saga principale (qui devrait se terminer avec le dixième film, ou alors peut-être pas, c'est pas très clair), Universal tente enfin de capitaliser sur autre chose que Vin Diesel avec Hobbs & Shaw, le tout premier spin-off de la franchise, consacré aux personnages de The Rock et Jason Statham (seul vrai intérêt du dernier volet).

Réalisé par David Leitch et actuellement en tournage, avec en plus Idris Elba au casting, Hobbs & Show se retrouve néanmoins dans la tourmente aujourd'hui comme nous l'apprend le site Deadline. C'est en effet le producteur historique de la franchise, Neal H. Moritz, qui traine le studio Universal en justice pour non-respect du contrat le liant à la franchise, l'accusant notamment de rupture d'un contrat oral et d'une promission de fraude financière.

 

photo, Idris ElbaPremière image d'Idris Elba

 

Au centre de l'affaire, le statut-même de Moritz, qui souhaite être crédité comme producteur en chef d'Hobbs & Shaw. D'après le plaignant, le studio aurait commis une grosse erreur, quelques jours avant le tournage, en revenant sur un accord verbal concernant la somme qu'il devait toucher, au final inférieure à celle promise, avec menace de le faire disparaitre totalement du générique en cas de refus. Une situation inacceptable pour le producteur qui demande donc aujourd'hui sa réinvestiture ou, dans le cas contraire, le versement de 10 millions de dollars en dommages et intérêts. Dans le détail, il semblerait qu'en dépit du travail de Moritz sur le spin-off, ce serait notamment lui qui aurait apporté l'idée originale d'une telle aventure, l'année et demie qu'il a passé à développer le projet et l'accord verbal stipulant qu'il recevrait 2 millions de dollars de compensation à la sortie du film en échange d'une participation financière au métrage, Universal ait décidé de faire marche arrière juste avant le début du tournage.

Si Universal n'a pas encore répondu officiellement à cette attaque, le tournage quant à lui continue comme si de rien n'était, la date de sortie américaine reste calée au 11 août 2019 et personne ne sait combien de temps prendra la justice pour régler cette affaire. Ce genre de procès étant particulièrement long, rien n'assure que le film ne connaisse pas quelques difficultés à sortir à la date prévue en fonction de l'avancée de cette sordide histoire. Aaaaah Hollywood...

 

photo Hobbs & ShawDwayne Johnson et Jason Statham

commentaires

Miams
18/10/2018 à 11:08

Ce qui m'étonne, c'est qu'il existe des accords verbaux pour des projets aussi gros à plusieurs dizaines voir centaines de millions.

votre commentaire