Les Animaux fantastiques : Jude Law pense que le monde est prêt pour le sacre d'un héros homosexuel

La Rédaction | 19 novembre 2018 - MAJ : 19/11/2018 18:28
La Rédaction | 19 novembre 2018 - MAJ : 19/11/2018 18:28

Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald est sorti, et malgré un score décevant aux USA, le film cartonne à l’international. Jude Law y voit le signe d’un monde prêt à avoir pour icône un magicien gay.

Que vous soyez simple spectateur ou grand fan de la fresque initiée par J. K. Rowling, il y a peu de chances que vous détestiez le personnage. Et pour cause, le directeur de Poudlard compte parmi les tous meilleurs personnages de l’univers Harry Potter. Un des plus riches, un des plus fins, peut-être le plus intensément charismatique.

 

photo, Jude LawJude Law en Dumbledore

 

Cela fait bien longtemps que J.K. Rowling a révélé que le célèbre sorcier était homosexuel, et avait vécu sa plus grande et fondatrice histoire d’amour avec Grindelwald (Johnny Depp), appelé à devenir un des plus sinistres enchanteurs de sa génération, et l’antagoniste de Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald.

Si le film, depuis quelques jours sur les écrans, n’est pas consacré en tant que tel à la sexualité de celui qui en demeure un personnage secondaire, Jude Law a tenu à marquer le coup dans les colonnes du New York Times. Le comédien l’affirme et s’en réjouit : le monde est prêt à avoir pour héros un sorcier gay quand bien même Dumbledore ne saurait être réduit à cette unique donnée.

 

photo, Jamie Campbell BowerPacte romantique avec le jeune Grindelwald

 

“Disons-le ainsi : son homosexualité n’est pas le sujet du film et ce n’est pas sa sexualité qui le définit. Mais sa relation avec Grindelwald est en revanche un élément déterminant de sa personnalité et de ce qu’il représente dans la saga.

Et je ne crois pas que ce soit quelqu’un qui ait offert son âme ou son cœur à tant de gens que ça. La fin de cette histoire d’amour l’a laissé exsangue, et il a érigé un rempart autour de son cœur depuis. Franchement, personne n’est encore parvenu à le percer. »

Bon, pour le coup, Jude Law va un peu vite en besogne, le personnage qu’il joue n’étant que très secondaire pour le moment, et sa sexualité n’étant que très vaguement évoquée jusqu’ici.

 

photo, Johnny DeppJohnny Depp en Grindelwald

commentaires

Mechanic
20/11/2018 à 13:48

@lol

Tu veux dire Stonewall, gros bide aux USA sorti direct en DVD en France ?
Personne ne dit qu'on n'a aucun perso gay, le cinéma indépendant existe heureusement.

Sauf qu'ici, Jude Law parle de blockbuster. Et même pas du héros, mais d'un perso jusque là secondaire. Connais-tu beaucoup de blockbusters avec un perso gay, sans que ce soit le sidekick drôle ou le running gag ou le sujet majeur du film-sur-l'homosexualité ?

Personne ne s'en est plaint ? Petite pensée pour la pseudo polémique de Sulu dans Star Trek Sans Limites, où ce personnage très secondaire est simplement montré dans une courte et simple scène, auprès d'un autre homme, qu'il retrouve à son retour.
Une "polémique" parmi d'autres, qui touche Star Wars, La Reine des neiges etc.

Bref, effectivement.

lol
20/11/2018 à 13:13

Ben ça fait déjà des décennies qu'il y a (même à Hollywood) des films avec des héros qui traitent de l'homosexualité et d'autres sujets dans ce style.

Je peux parler du film de Roland Emerich sur les origines de la Gaypride par exemple, ou même de tous ses films qui insèrent (de manière subtile) des homosexuels, personne ne s'en est plaint et pourtant c'est présent !

Bref, ils ne savent plus quoi inventer et donc ils imaginent ce genre de chose (qui n'est même pas inédite d'ailleurs) déjà avec certains l'aiment chauds avec Marilyn Monroe on en parlait donc, ça ne date pas d'hier !

sony
20/11/2018 à 11:13

Quand il y'a eu les piratages de Sony par les coréens, on a appris, qu'on ne pouvait avoir de héros d'autres ethnies, car d'après eux le public préférait des blancs américain uniquement. Alors que ce qu'on veut du moins pour ma part c'est des persos bien écrit. Perso m'en fiche de la sexualité ou de l'origine des gens, mais y'a des acteurs d'autres origines que j'aurais bien voulu voir plus en rôle principaux genre comme :
Benedict Wong
Malcolm dans le nostalgia critic
Tom Wu
Danny John‑Jules
Morgan Freeman
etc etc etc qu'on ne verra en général pas, alors qu'ils sont bien, y'a des régions hostiles à la tolérance, mais les prod d'hollywood aussi.

Krys
20/11/2018 à 10:51

@maxleresistant, dans votre monde (Jude Law et toi) vous comptez la Chine, les pays africains, le moyen orient... ou vous êtes de ces débiles pour qui le monde s'arrête à l'Amerique du Nord et une partie de l'Europe ?

maxleresistant
19/11/2018 à 21:41

Le monde est prêt depuis un moment.
C'est Hollywood et les studios qui ne l'était pas

votre commentaire