Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 20 septembre 2019 - MAJ : 20/09/2019 18:55
La Rédaction | 20 septembre 2019 - MAJ : 20/09/2019 18:55

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

Logo Netflix

 

CRIMINAL

Ça parle de quoi ? Dans la salle d'interrogatoire, les enquêteurs se mesurent aux suspects, prenant tous les risques et beaucoup de libertés avec les règles pour faire éclater la vérité.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que c'est une des propositions les plus intéressantes de Netflix ces derniers mois. En se déroulant toujours dans les mêmes décors et en étant uniquement concentrée sur des interrogatoires, la série aurait rapidement pu tourner autour du pot ou devenir redondante. Il n'en est rien (on n'a pas vu voir quatre épisodes dont toute la section française) puisque si la mise en scène est très simple, elle est hyper percutante en jouant beaucoup des gestuelles, regards, postures... des personnages (et surtout des interrogés) pour nous immiscer au cœur des interrogatoires et donc des affaires à résoudre.

Avec en plus un casting de folie comptant notamment Sara GiraudeauNathalie BayeJérémie RenierHayley Atwell et David Tennant, la série est excellemment interprétée. Un point primordial qui permet à la série de prend une belle envergure dans son dispositif minimaliste.

 

Photo David TennantDavid Tennant fait partie du casting britannique

 

DÉSENCHANTÉE PARTIE 2

Ça parle de quoi ? Boire ou régner, il faut choisir ! Pourtant, soutenue par ses deux acolytes le démon et l'elfe, le fantasque princesse Bean se révolte... au grand dam du roi, son papa.

Pourquoi il faut la regarder ? Parce que la première partie n'était pas désagréable et qu'elle se terminait même en apothéose alors, autant voir la suite. Mais surtout parce que c'est l'occasion de retrouver la patte de Matt Groening à qui on doit Les Simpson et Futurama. L'humour potache et les situations loufoques sont toujours là, agrémentés d'un cynisme propre au cinéaste.

La série n'est pas un chef-d'oeuvre d'animation, mais se laisse facilement regarder, comme les dernières saisons des Simpson, de moins bonne qualité, mais qui restent un moment sur les écrans avant qu'on ne se décide à changer de chaîne.

 

 

SCREAM 1, 2 et 3

Ça parle de quoi ? De Sidney Prescott, poursuivie par quelques tueurs masqués de Woosboro à Hollywood, à cause de sa mère. Gale Weathers et Dewey Riley la suivent dans ces aventures cauchemardesques.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que Netflix a désormais retiré le pire épisode de la saga (Scream 4 oui), pour avoir la belle trilogie de Wes Craven. Chacun aura son préféré, mais chaque opus a son charme. Scream est le cauchemar initial, celui où le cinéaste s'amuse et détourne les codes du genre, pour établir une relecture meta qui a chamboulé les esprits à l'époque. Scream 2 est la suite pleine de malice, qui tue l'un des personnages principaux avec une brutalité géniale, et emballe plusieurs scènes excellentes (Courteney Cox dans les coulisses).

Et Scream 3 le mal-aimé est le bouquet final, qui pousse tous les curseurs au maximum, aussi bien dans le spectacle (Hollywood, la maison qui explose, la révélation finale) que l'autodérision et l'ironie (des acteurs jouant les rôles des héros de la saga, Carrie Fisher inoubliable en non-Carrie Fisher qui a perdu le rôle de Leia, car elle n'a pas couché avec George Lucas). Une trilogie culte, à voir et revoir.

 

photoDu bonheur avant l'horreur

 

V POUR VENDETTA

Ça parle de quoi ? Après que l'Angleterre ait adopté un régime fasciste à la suite d'une guerre nucléaire, un justicier nommé V cherche à renverser le pouvoir avec l'aide d'Evey, une jeune femme qu'il sauve et qui s'allie à lui.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que c'est l'adaptation des comics éponymes d'Alan Moore et David Lloyd des années 80 et 90 et qu'elle reste plutôt fidèle à l'oeuvre originale qu'on ne peut qu'avoir envie de feuilleter après visionnage. V pour vendetta n'en reste pas moins un film de réflexion, donc peut-être pas le meilleur choix pour poser son cerveau sur l'accoudoir du canapé après une dure semaine. Malgré tout, les thématiques abordées restent simples et parlent à tout le monde à savoir l'intolérance, la violence et l'oppression d'un régime fasciste maintenu par la peur de la population.

Les décors et costumes sont très soignés, tout comme les tirades presque théâtrales de V (Hugo Weaving), un personnage charismatique qui l'est d'autant plus fort, car on ne voit jamais son visage. Natalie Portman campe son rôle correctement, même si elle a du mal à se hisser au même rang que son compagnon d'affiche. Au final, le film de James McTeigue est un récit assez dichotomique en adéquation avec le message anti-tyrannie et dogmatisme qu'il prône au carrefour de différents genres, de l'enquête policière au film de super-héros.

 

photo, Natalie PortmanEt c'est ainsi que Natalie Portman est devenue chauve

 

TROIS SOUVENIRS DE MA JEUNESSE

Ça parle de quoi ? Après vingt ans passés dans différents pays, Paul Dédalus, anthropologue, rentre en France où il doit occuper un poste au Quai d'Orsay. À son arrivée, il est accueilli par la police des frontières puis convoqué à la DGSE qui a enquêté sur lui et lui révèle qu'il a un homonyme en Australie, né au même endroit et le même jour que lui. Il subit alors un interrogatoire tendant à démontrer qu'il serait un espion.

Pourquoi il faut le regarder ? Le cinéma d’auteur français peut-il se marier avec le teen movie, le roman d’espionnage et plus généralement la pop culture ? La réponse est oui et c’est Arnaud Desplechin qui nous l’apporte. Il y retrouve un des personnages centraux de sa filmographie, Paul Dedalus, confronté à l’émergence de souvenirs puissants.

Adolescent, il va s’embarquer dans une aventure diplomatique risquée en URSS et rencontrer l’amour, deux évènements qui ont marqué son existence et forgé un homme à part. Le cinéaste se lance dans ce récit adolescent avec un enthousiasme désarmant, un regard poétique et acéré qui en fait une proposition de teen movie à part. Osant mélanger des thématiques universelles, une image souvent splendide (Desplechin filme déjà Roubaix avec une grâce insolente) et un désir de jouer avec la langue, de proposer des dialogues tantôt naturalistes, tantôt théâtraux, Trois souvenirs de ma jeunesse est une éclatante réussite.

 

Trois-souvenirs-de-ma-jeunesse-le-nouveau-Desplechin-se-devoile_article_landscape_pm_v8A cette époque pas de Netflix, mais une belle brochette d'amitié

 

ET AUSSI...

Freddy, les griffes de la nuitÀ la folieL'Enquête - The International...

 

RETROUVEZ LE RECAP COMPLET DES NOUVEAUTÉS NETFLIX CHAQUE SEMAINE ICI.

 

Image 473424

commentaires

Siln17
23/09/2019 à 23:07

Bonjpur, comment peut on oser dire que V for vendetta a bien été adapté ?! Le film est une reprise mainstream manichéenne et formatée du traité d'introduction à l'anarchie d'A Moore !? Un scénario d'une simplicité extrême, l'absence de remise en question et l'absence du mot "anarchie" !! Comme l'aurait dit le vrai V : un manque d'ambition !
Bisous merci bisous

MystereK
22/09/2019 à 20:26

LOLA Alors pourquoi, si vous n'êtes pas contente de Netflix, perdez-vous votre temps sur une news concernant Netfix ? De plus votre intervention montre juste le niveau de degré d’expression, soit pas bien haut vu votre argumentation.

Lola
22/09/2019 à 09:37

Poubelle Netflix

LeManch
22/09/2019 à 09:31

Le seul regret pour Scream 4 c'est le rajout des 10 dernières minutes alors que le film aurait du pleinement embrassé son propos radical de cette nouvelle génération prête à tous pour la célébrité.
Mais clairement le film n'a pas à rougir par rapport aux 3 autres.

TheJoker
21/09/2019 à 15:17

J'ai jamais compris pourquoi Scream 3 n'étais pas aimé, il termine bien la trilogie original je trouve.

Geoffrey Crété - Rédaction
21/09/2019 à 11:29

@tous

On sait que la plupart des gens n'aiment pas Scream 3, aiment Scream 4, etc, mais on persiste et signe, c'est notre avis ;)

Zanta
21/09/2019 à 08:38

@ RobinDesBois
en effet, c'est Scream 3 qui est le maillon faible de la franchise : le seul à ne pas avoir été écrit par Kevin Williamson, et qui cède trop à la parodie.
Scream 4, malgré un côté enquete qui patine, possède une verve cynique (et une Hayden Panettiere qui succède très bien à Cox) qui conclue la tétralogie décemment.

120FDP
21/09/2019 à 03:37

Scream 2, "une suite pleine de malice" ? Le Scary Movie qui le parodie n'avait rien à faire pour rendre la séquence d'introduction grotesque, il suffisait de la reprendre plan pour plan. Et il en va comme ça du reste du film.

RobinDesBois
21/09/2019 à 02:39

Scream 4 le plus mauvais ? Je dirais plutôt le meilleur avec scream 1. Le scenario et l’approche meta de cet opus sont brillants. Wes Craven a parfaitement appréhendé les codes d’une nouvelle génération et la scène d’intro est géniale. C’est incontestablement quadrilogie.

votre commentaire