Quibi, le Netflix des formats courts, se crashe pour son lancement

Marion Barlet | 8 avril 2020 - MAJ : 14/05/2020 16:28
Marion Barlet | 8 avril 2020 - MAJ : 14/05/2020 16:28

Quibi, la nouvelle (énième) plateforme de streaming, a débarqué en France et aux Etats-Unis et son démarrage est bien en-dessous des attentes.

C'est la petite dernière de la SVoD américaine, arrivée dans l'Hexagone la veille de Disney+. Depuis le 6 avril, les Français peuvent avoir accès à ce Quibi, service de streaming qui propose des formats courts et visible exclusivement sur mobile.

Pensées pour être finies en une bouchée (Quibi correspond à quick bites), les vidéos peuvent se regarder à l'horizontal et à la verticale, offrant un changement de point de vue, ce dernier format plaçant le spectateur dans les yeux du personnage principal. Gadget ou révolutionnaire, ce paramètre n'aura pas suffit à convaincre les consommateurs, pour le moment.

 

capture d'écran, Sophie Turner"On est 6 abonnés les gars, c'est un bon début"

 

Variety a publié les chiffres du premier jour de Quibi pour l'Amérique du Nord, qui sont moins bons que son bien moins que son concurrent Mickey. L'application a été téléchargée environ 300 000 fois aux Etats-Unis et au Canada, ce qui est bien inférieur à Disney+ qui en novembre avait été installée sur près de 4 millions de mobiles en seulement 24h. Pour les mêmes territoires, l'application de Jeffrey Katzenberg (co-fondateur de Dreamworks et ex-patron de Disney) n'a réalisé que 7,5% du score de la maison aux grandes oreilles, ce qui n'est pas très bon.

La plateforme ne vise pas tant à concurrencer la ligne de Disney+ ou de Netflix, mais à s'imposer avec son concept de formats courts, soutenus par de très grands réalisateurs. Si les chiffres sont aussi tristes, c'est parce que des productions sont signées par des noms vibrants : Survive avec Sophie Turner et Corey Hawkins, 50 States of Fright la série horrifique réalisée par Sam Raimi (bande-annonce) et une création de Steven Spielberg qu'il ne sera possible de regarder qu'à la nuit tombée à savoir Spielberg After Dark.

Toutes les séries ne sont pas encore disponibles sur le catalogue et peut-être faudra-t-il attendre que le gros oeuvre soit diffusé pour que les abonnés se précipitent.

 

photoQuibi commence-t-il à creuser sa tombe ?

 

Toutefois, les 90 jours de gratuité de la plateforme auraient dû inciter les curieux à s'abonner, ainsi que le prix, de 5 dollars avec pub et 8 dollars sans, ce qui est un alignement avec les tarifs concurrentiels. Si son catalogue séduit - avec 175 créations et 8 500 épisodes de courte durée, quelque chose finira bien par ressortir - les échos de la presse et le bouche-à-oreille pourraient propulser la plateforme. Ou bien celle-ci va se faire bouffer par la concurrence (HBO Max arrive) et remballer ses affaires vite fait bien fait, comme la tentative française Studio+.

En se positionnant sur un créneau très particulier entre la SVoD et les réseaux sociaux, Quibi n'est pas une catastrophe au lancement, mais risque d'être noyé dans la masse. En tout cas, ce n'est pas la plateforme Salto qui lui fera du tort, repoussée à l'automne.

Pour voir notre sélection du catalogue concurrent Disney+, c'est par .

 

Affiche officielle

commentaires

Richard Jenkins
09/04/2020 à 13:51

Vous vous souvenez de Blackpills? Cette boite française créée en 2016 pour proposer ce genre de contenu sur mobile et tablette.
Dans le line up il y avait une série de Jan Kounen, mais aussi Crisis Jung et Vermin qui étaient annoncées (les deux maintenant sur netflix).
L'appli a fermée l'année dernière, et Blackpills s'est reconverti en boite de prod.
Au moment où ils ont annoncé Quibi, j'ai pensé à ça...et j'étais certains que ça allait se planter de la même manière. Paradoxalement, bloquer le contenu sur des supports particulier (Tablette, Smartphone) ne semble pas prendre...

Marion Barlet - Rédaction
09/04/2020 à 09:47

@RobinDesBois
"les réseaux sociaux" du point de vue des modes de consommations (le fameux quick bites) : Facebook, Twitter & compagnie jouent beaucoup sur la carte vidéo à regarder en temps restreint - ce qui n'est pas le principe de la SvOD

Thierry
09/04/2020 à 08:59

Très intéressant et magnifique concept. Le contenu semble de grande qualité. La forme aussi, le design. Une prouesse aussi. Dire et montrer autant de choses en si peu de temps. Et si c’était aussi disponible pour grand écran aussi ?

Dateuss
09/04/2020 à 00:28

Drôle de concept que de créer un truc où des épisodes dureraient dans les 10 minutes. Soit moins qu'un dessin animé. Ça fait pas très sérieux. On se dit qu'il n'y a pas grand chose à raconter.
Même si je reconnais une une inexistante ouverture d'esprit en ce qui me concerne pour ce concept.

Blue Walker
08/04/2020 à 21:35

Franchement y'a combien de personnes prêtes à payer pour voir des court métrages ?
Les gens veulent des histoires au minimum au format long métrage ou sur le long court en série, personne n'en a envie à part une fois comme ça, où si c'est dans un univers tentant pour la personne.
Moi perso j'en regarde sur youtube, mais payer un abo, bah non, c'est ma dernière priorité.
En plus y'a des dizaines de chaines sur youtube qui en regroupe des milliers, alors à quoi bon ?
De puis les courts ont une part de frustration, quand c'est super, genre Astartes dernièrement, on se rend compte que y'aura rien derrière, rien de comparable histoire de retourner dans l'univers graphique du décors des empereurs morts dans le désert, c'est super frustrant.

RobinDesbois
08/04/2020 à 19:26

"En se positionnant sur un créneau très particulier entre le SVoD et les réseaux sociaux"

Pourquoi réseaux sociaux ?

RobinsDesBois
08/04/2020 à 19:23

Intéressant je vais essayer les 90 jours de gratuité. Mais leur plantage n'est pas étonnant vous l'expliquez d'ailleurs très simplement dans la première phrase de l'article une "nième plateforme". Même s'il s'agit de contenu complémentaire les gens ne vont pas s'amuser à cumuler massivement les abonnements. Quand au tarif je trouve ça quand même très élevé : 5 dollars avec pub ? Payer pour se taper des pubs sur un format court ? D'ailleurs même pour des long métrage qui accepteraient de payer pour subir de la pub. C'est plus cher que Prime.

Oliviou
08/04/2020 à 18:36

Je l'ai chargé, je vais regarder. Mais comparer le démarrage d'une nouvelle application qui ne s'appuie sur aucune marque connue et qui propose un format inédit avec le démarrage de Disney+, ça me semble très à côté de la plaque. Grands noms associés ou pas. Comparer quoi que ce soit avec l'empire Disney est casse-gueule en temps normal, mais là... Comment a démarré Vine ? Comment a démarré Twitter ?
Clairement, avec 90 jours gratuits, ils s'installent dans la longueur et ne s'attendaient probablement pas à un démarrage foudroyant. Si on est encore en vie, il faudra voir comment Quibi se comporte d'ici un an, par exemple. Quand la consommation de vidéos en mobilité aura repris tout son sens.

votre commentaire