Solo : A Star Wars Story - Lando aurait dû avoir un rôle plus important, selon l'ancien réalisateur

Mathias Penguilly | 5 juin 2020 - MAJ : 06/06/2020 01:00
Mathias Penguilly | 5 juin 2020 - MAJ : 06/06/2020 01:00

Phil Lord laisse entendre qu'il a essayé de mieux représenter le combat révolutionnaire des Afro-Américains avant d'être écarté de la production de Solo : A Star Wars Story par Lucasfilm.

Dans les tuyaux depuis bien avant que Lucasfilm soit racheté par Disney, le spin-off de la guerre des étoiles, centré sur le personnage du voyou Han Solo a été le premier gros raté de la saga version Disney. La faute peut-être au studio qui a mis ses réalisateurs à la porte avant la fin du tournage, au manque de vision subséquent... ou peut-être aux trolls, qui sait ? Toujours est-il que l'échec commercial qu'a représenté Solo a condamné toute suite potentielle au néant.

Initialement annoncés à la réalisation, Lord et Chris Miller ont été limogés à cause de l'éternel "différend créatif" qui semble frapper les productions Lucasfilm aussi régulièrement que la grippe saisonnière (Colin Trevorrow a ainsi quitté la production de Star Wars IX). La vision des deux réalisateurs - aussi à l'origine de la Grande Aventure LEGO - a été vertement critiquée, en particulier par leur successeur Ron Howard. Tandis que producteurs, scénariste, réalisateurs et acteurs bataillent et se rejettent la faute de l'échec commercial du film, ses anciens teasent les fans sur ce qu'aurait pu être le film - c'est la mode !

C'est notamment le cas de Lord, qui au coeur du mouvement Black Lives Matter, laisse entendre qu'une autre trajectoire était prévue pour ses personnages noirs.

 

photo, Paul BettanyPhil Lord observant Lucasfilm détruire Solo

 

En pleine crise sociale aux États-Unis, un tweet de trois mots, perdu parmi des centaines d'autres dans un fil Twitter, suscite en effet les interrogations.

Pour remettre un peu de contexte, le critique américain Robert Daniels affirme dans un article pour le magazine Polygon, que Lucasfilm a loupé le coche en dépeignant un groupe de spatio-révolutionnaires sans jamais faire référence au combat des Black Panthers dans les années 70. Il regrette ainsi que "parler de la lutte des noirs revienne aujourd'hui à John Boyega et non à Finn" ce à quoi Phil Lord a répondu de manière étonnante.

 

"Certains ont essayé..."

Pour l'instant, le réalisateur n'en dit pas plus, mais deux hypothèses envahissent la toile depuis. Soit il ferait référence au personnage de Thandie Newton, Val, l'éphémère épouse du mentor de Han Solo, soit il parlerait du jeune Lando Calrissian campé par le sublime Donald Glover. Cette dernière tient plus la route pour plusieurs raisons.

D'une part, on le sait, Glover est très engagé pour la cause des noirs américains - sa série Atlanta (FX, disponible en France sur OCS) est un véritable bijou sur le rap, Atlanta et la condition des noirs aux États-Unis. D'autre part, on sait que le renvoi de Lord et Miller était dû à leur volonté de faire de Solo une comédie, mais aussi à leur goût pour l'improvisation. On peut donc tout à fait imaginer qu'ils ont essayé d'amender le scénario, transformant le personnage de Lando, pour lui donner une meilleure résonnance avec la situation américaine actuelle.

 

PhotoPhil Lord et Chris Miller, deux autres victimes des différends créatifs avec Lucasfilms/Disney

 

Il est aussi tout à fait possible que le studio ait un jour entretenu l'idée de faire de Lando un protagoniste plus important dans la saga, sachant qu'une rumeur de spin-off à son propos a couru pendant un temps... avant d'être réfutée par la directrice de Lucasfilm.

Dernière option : le réalisateur fait référence à une image de Star Wars : L'Ascension de Skywalker, période Colin Trevorrow (qui a été viré du projet, largement remanié après), où John Boyega semble mener l'équipe dans une bataille... Un concept art récemment ressorti et discuté sur les réseaux sociaux.

Alors que tout Hollywood se range de concert derrière les manifestants, le tweet cryptique de Phil Lord a le mérite de faire à nouveau couler de l'encre sur le film ayant le plus de chances de glisser vers les oubliettes de la saga. Difficile de savoir dans quelle mesure la réécriture de ce personnage aurait permis de mieux prendre en compte les spécificités des révoltes afro-américaines aux États-Unis...

En attendant, certains acteurs de la guerre des étoiles soutiennent la rébellion (la vraie !) à l'image de John Boyega dont le discours enflammé a secoué la foule lors d'une manifestation à Londres cette semaine.

 

Photo John BoyegaJohn Boyega, résolument plus rebelle que storm-trooper

commentaires

lolmasterre
06/06/2020 à 13:33

En tout cas les amérindiens sont toujours aussi absents de l'imaginaire de la diversité et de la lutte des droits, haha la loose, les plus concernés a être défendus, les derniers à l'être lol.
Après c'est pareil en france, en guyanne, ont en à, ils ont pas de voix, aucune résonance, quant ça invite des amérindiens, ça va les chercher au brésil, mais les indépendantistes qui sont contre eux, ont leurs cartes d'entrée au PS, mdr.

Nicococo
05/06/2020 à 20:12

Et c'est parti pour une nouvelle vague de l'hypocrisie qui règne à Hollywood !!!
Après #Metoo et les femmes c'est au tour des blacks
Tout le monde fermait les yeux et maintenant tout le monde est en mode Bisounours.
Vraiment dommage de se servir d'un drame pour faire parler de soi

votre commentaire