Dark saison 3 : critique d'un final grandiose sur Netflix

Alexandre Janowiak | 27 juin 2020
Alexandre Janowiak | 27 juin 2020

Netflix France a eu OsmosisPlan CœurMarseille... et Netflix Allemagne a, entre autres, DarkAprès deux saisons en crescendo, la série allemande se doit de réussir la conclusion de son casse-tête temporel avec sa troisième et ultime saison. Autant éviter le suspense, en huit épisodes, la série réussit son pari haut-la-main.

FROM THE BEGINNING...

Avec la multiplication de la concurrence, de nombreuses chaines et plateformes ont parfois décidé de sucer jusqu'à la moelle certains de leurs programmes phares. Après tout, devant le succès de certaines séries prévues sur seulement une ou deux saisons, difficile de ne pas être tenté de prolonger l'aventure pour gagner la fidélité des spectateurs et potentiellement s'attirer les faveurs d'un nouveau public. Netflix est sans doute la plus adepte de cette stratégie, il n'y a qu'à voir la perpétuation inutile de La Casa de papelÉlite et cie ou la longévité qu'aura obtenu House of Cards quitte à salir ses formidables premières saisons.

Et au final, en étant prolongées alors qu'elles n'auraient pas dû l'être, les séries en question ont perdu de leur puissance voire l'essence même de leur existence. L'exemple le plus frappant, et le plus récent, reste évidemment celui de 13 Reasons Whypetite perle adolescente lors de sa première saison totalement détruite par sa suite sans queue ni tête, sans doute conçue uniquement pour faire plaisir aux fans et se faire un maximum d'argent sur leur dos.

 

 

Cependant, dans ce monde de profusion, une irrésistible se démarque... et paradoxe, elle est aussi chez Netflix : la série allemande Dark.

Au moment même où les showrunners de Stranger Things (à laquelle la série allemande a souvent été comparée, à tort) sont obligés de rassurer les fans sur la suite de leur série, nul doute que les showrunners de Dark, Jantje Friese et Baran bo Odar, n'auront jamais eu besoin de le faire. Après cette grande troisième et ultime saison, impossible en effet de douter qu'ils ont toujours su où l'intrigue mènerait chaque personnage, où elle retournerait le cerveau de chaque spectateur et où se terminerait leur récit.

 

Photo Lisa VicariÊtes-vous réellement prêts ?

 

... UNTIL THE END

Le challenge s'annonçait pourtant terriblement ardu. Après une première saison plutôt réussie (malgré quelques défauts ennuyeux), la deuxième saison décuplait le casse-tête mis en place lors de la première salve d'épisodes pour totalement malmener les certitudes de chaque spectateur et composer un récit absolument imprévisible (à quelques twists près). Et alors que l'intrigue semblait enfin prendre tout son sens, le grand final de la saison 2 jouait d'un cliffhanger surprise pour totalement annihiler les perspectives des spectateurs, découvrant un peu plus l'étendue de l'univers érigé par les créateurs.

Force est de constater que cette saison 3 vient encore augmenter la richesse du monde et l'histoire inventée par le duo allemand. Afin d'éviter de perdre son public devant le puzzle (in)temporel mis en place, cette troisième saison commence doucement, reprenant les codes de la première saison et notamment du pilote, prouvant à quel point tous les détails qui le parsemaient étaient importants, voire essentiels. Le moyen de replacer les nouveaux éléments dans leur contexte et de rapidement dynamiter la dernière ligne droite sublime de la série.

 

photoUn air de déjà-vu et pourtant...

 

En effet, difficile de déceler de véritables défauts à cette troisième saison. Tout juste pourra-t-on regretter que la série, avec ses nombreuses temporalités, personnages et allers-retours dans le temps, soit parfois aussi compliquée à suivre.

D'autant plus que ce n'est clairement pas le but de la série allemande. Au contraire, durant la majorité de cette ultime saison, l'intrigue nous tient par la main, révélant un à un ses secrets, ses énigmes et ses mystères pour mieux nous les faire assimiler. Le voyage en devient plus jubilatoire et excitant, la série complexifiant son récit en obligeant son public à être pro-actif sans jamais le laisser dénouer cet entremêlement tordu dans son coin.

Malheureusement, les protagonistes ayant plusieurs visages, se trouvant parfois à plusieurs époques en même temps, il est quasiment impossible de ne pas échapper à quelques détails ou précisions (surtout plus d'un an après les épisodes précédents). Même si l'on s'y retrouve assez vite avec un arbre généalogique et chronologique sous la main, il peut être pénible de devoir avoir besoin d'un tel support pour ne rien manquer et surtout ne pas se sentir perdu.

 

Photo Louis Hofmann... vous serez sûrement aussi troublé que Jonas

 

POÉSIE DÉSENCHANTÉE

Cela dit, comment ne pas saluer la maitrise impressionnante et hallucinante du duo de showrunner sur leur création malgré ce véritable défaut ? Avec leur labyrinthe temporel, il aurait été facile de les voir perdre le fil de leur pensée, s'embourber dans de fausses pistes ou s'enliser dans un puzzle trop élaboré. Définitivement, le duo avait pensé au millimètre près les trames de son récit et réussit pleinement à le concrétiser dans ces huit derniers épisodes d'une beauté ahurissante.

Au fil des épisodes, les enjeux s'épaississent pour finalement se révéler de manière virtuose. Les desseins de chaque personnage notamment le duo Jonas-Martha (Louis Hofmann-Lisa Vicari pour leur version ado) deviennent clairs, le labyrinthe infernal dans lequel ils semblent coincés se dévoile dans son entièreté et finalement la condition de leurs existences éclate au grand jour dans un déferlement tragique, intense et bouleversant. En cela, les deux derniers épisodes de la série sont de parfaits bijoux de narration, venant épaissir, résoudre et achever ce robuste puzzle avec une limpidité tout bonnement stupéfiante.

 

Photo Louis Hofmann, Lisa VicariUn magnifique duo dont tout est né ?

 

Dès ses débuts, la série s'est appuyée sur un profond nihilisme et dès lors, les réponses étaient là, sous nos yeux. Inutile de dévoiler leurs contenus tant il vaut mieux les vivre et les expérimenter, mais certaines théories des spectateurs les plus assidus avaient rapproché la série allemande à la trilogie Matrix. Pour être honnête, il y a de ça dans ce grand final de Dark qui discute en parallèle (et avec brio) de destinée, de déterminisme, de fatalisme, de réalité, d'amour et finalement d'existence dans l'absolu (et le non-absolu).

Tout un paradoxe puisqu'au final, on a l'absolue certitude qu'avec ses trois saisons, la petite série allemande des premiers jours est devenue un immanquable du géant Netflix. L'absolue certitude que l'on ne reverra pas de sitôt une série aussi précise, méticuleuse et réfléchie au millimètre. L'absolue certitude que la tendresse, poésie et intelligence des derniers instants sont d'une rare perfection sur le petit écran. Brillant.

La saison 3 de Dark est disponible depuis le 27 juin 2020 sur Netflix en France. Les deux premières saisons sont également disponibles sur la plateforme.

 

Affiche US

Résumé

Dark entre dans la cour des grands avec sa troisième et ultime saison fantastique, captivante, stimulante, désenchantée, sombre et follement poétique.

commentaires

Courage
24/07/2020 à 10:32

@Hein ?? & @Azizou
je vous confirme : vous n'avez rien compris à la saison 3.
A revoir peut-être...

Pour ma part, une série géniale

Azizou
20/07/2020 à 18:54

Très déçu de la saison 3!
On a bien commencé la saison 1 avec des bases scientifiques et rationnelles, ce qui est en soit le grand défi de toutes série ou film de voyage temporel, et ce qui a commencé à être perdu en saison 2, mais encore en saison 3 tout a été gâché...
une boule métallique qui sort de nul part et qui ne respecte aucune loi physique (pourquoi la personne et ses fringues voyage et non pas la chaise ou l'arbre à côté??), la valise de voyage temporelle qui s'est volatilisée, le personnage en trois âges différents (gamin, jeune et vieux) qui entre dans l'histoire sans aucune explication, les enfants tués au début de l'histoire sans explication, la disparition de Jonas et Martha a la fin en mode magie à 2 balles...
Est-ce qu'on est sûr que l'auteur des 2 premières saisons est le même qui a écrit la troisième ??!

Hein??
20/07/2020 à 01:55

Je réagis plus sur la critique que sur la série parce qu une série... ben c’est juste une série. Alors:
Pourquoi noah et helgel crament les yeux des enfants en’eves Et les envoient dans le futur? Puisqu il existe d autres formes de Tele porteurs Spatio temporels, pourquoi tuer des enfants??( C’est L’intrigue de la saison 1 et c’est noyé dans les deux autres saisons. Si quelqu un à compris.... wunderbar.
D’autre part à quoi sert le passage dans les grottes de winden si on peut voyager dans le temps avec la machine de l’horloger? Hein? Voire avec une sphère de Martha dont tout le monde se sert sans jamais demander le mode d emploi.... enfin franchement, le plus gros mystère reste pourquoi ça s’appelle Dark. Et pas Dunkel.
Bref on fera jamais mieux qu une Delorean pour voyager dans le temps.
Complètement verruckt ces Allemands
B

Cklda
18/07/2020 à 12:20

Je rejoins Fred B et n’aurai malheureusement pas d’éclaircissement à donner...Émotionnellement il se passe en effet quelque chose, on s’attache aux personnages et leur destin et la fin en devient marquante, mais rationnellement ça ne tient pas la route...

Fred B
16/07/2020 à 16:21

PS : je n'ai rien contre les intrigues alambiquées.
J'ai adoré la saison 3 de Twin Peaks (et plus globalement l'oeuvre de Lynch), the Leftovers, Legion... Il s'agit même de 3 des séries que j'ai préférées cette dernière décennie.
Et j'aurais voulu en dire de même pour Dark.

Une intrigue peut être extrêmement complexe, avec un paquet de mystères non résolus, tant qu'elle reste cohérente avec l'univers dans lequel elle se déroule. Vous savez, la fameuse suspension consentie d'incrédulité...

L'intrigue de Twin Peaks saison 3 n'avait ni queue ni tête mais l'univers présenté était en totale adéquation, entre trip visuel et scènes absurdes. C'est quand même dingue de réussir à garder un spectateur captif sur le plan d'un gars qui passe le balai pendant plusieurs minutes!

Le propos de The Leftovers était plus symbolique et philosophique que réaliste, et il a fallu plusieurs épisodes d'introduction afin que ce soit clair, mais arrivé à la fin de la saison 1, et avec le changement de cadre de la saison 2, il semblait évident que nous n'aurions jamais d'explication à la plupart des évènements, et tant mieux d'ailleurs.

Dans Legion, c'est le bordel, mais le personnage principal n'étant pas très sain d'esprit, on se laisse porter par ces voyages dans le temps ultra stylisés pas toujours cohérents.

Mais l'approche de Dark, bien que truffée de références religieuses et philosophiques, se veut plus réaliste, voire scientifique, avec une volonté de poser des bases claires et de tout expliquer. Et c'est là que le bât blesse...

Fred B
16/07/2020 à 15:08

Quel gâchis... Ça partait pourtant très bien avec une très bonne saison 1, une saison 2 convaincante jusqu’à son final spectaculaire en tant que cliffhanger, mais qui a brisé toute la cohérence induite par le déplacement dans le temps uniquement par cycle de 33 ans, et a bien savonné la planche à la saison 3, laquelle bien que non dénuée d’intérêt, n’a aucun sens...

ALERTE SPOIL
Qu’il y ait une deuxième dimension, pourquoi pas, mais qu’on puisse voyager librement dans le temps et les dimensions comme cela semble être le cas grâce à la sphère, c’est grotesque.
De plus, l’origine de cette sphère n’est pas expliqué (ou j’ai raté un moment important?).

Ce changement de règle rend à mon sens les multiples rebondissements de la série inutile, car, si Claudia est capable de se balader à sa guise dans le temps, pourquoi attendre la toute fin de la boucle pour en expliquer l’origine à Adam, sachant qu’elle a découvert l’origine de la boucle depuis un moment puisqu’elle manipule tout le monde depuis le début de la série afin d’arriver à ce résultat?
Pourquoi également demander à Adam de prévenir Jonas alors qu’elle aurait très bien pu s’en charger elle-même, et sans doute à un moment plus calme qu’en plein milieu d’une apocalypse?
Pourquoi est-ce à Jonas et à Martha de fermer la boucle? Personne d’autre ne peut s’en charger? Il suffit à priori de remonter le temps grâce à la sphère pour se rendre en 1986 lorsque l’horloger créé les 2 mondes, d’attendre tranquillement dans la grotte, et de prévenir le fils de l’horloger... Je ne vois aucune explication justifiant que cette mission ne puisse être menée par Claudia directement.

Peut-être plus important encore : comment et quand Claudia a-t-elle découvert l’origine de la boucle? C’est quand même d’une importance capitale et c’est expliqué vaguement façon Deus Ex Machina lors du dialogue avec Adam, à base de rébus et réflexions philosophiques clichés (une constante dans la série d’ailleurs, ces dialogues mystérieux à outrance...)

En gros, d’après ce que je comprends, l’intrigue de la série aurait pu être résolue avant même son commencement par Claudia... C’est un peu emmerdant quand même pour une série dont l’intérêt principal est son scénario...


Si quelqu’un est capable de me contredire avec des explications claires et pas juste des suppositions, je suis preneur, merci beaucoup d’avance, je serais ravi que mon point de vue évolue, car en l’état, j’ai surtout l’impression d’avoir regardé une série qui a été scénarisée au fur et à mesure, et dont le développement a dépassé ses créateurs.

Je ne m’attarderai pas sur tout un tas d’autres bizarreries scénaristiques, mais au rayon des points négatifs, il y a également :
- des dialogues abscons (non mais franchement, qui parle en rébus comme Adam, Eva, Claudia et tant d’autres en vrai??? c’est si compliqué que ça de donner des explications claires??)
- une utilisation de la musique dans les séquences de fin d’épisodes lassante
- une direction d’acteurs très monolithique. Je sais bien qu’il ne s’agit pas d’une série comique, et je ne m’attends pas à de l’humour lourdingue comme dans Stranger Things, mais les personnages de Dark tirent la tronche ou chialent 95% du temps, ce qui rend le tout peu réaliste. Ce n’est pas parce que le sujet est sérieux qu’on ne peut pas se permettre un peu de légereté, au contraire.

Heureusement, tout n’est pas à jeter et la série aura globalement été dirigée de main de maître, avec une photo, un casting (les ressemblances et détails pour nous permettre d’identifier un personnage sur plusieurs époques sont bluffants), une ambiance et une BO très soignée.
Je reconnais également que l’ambition du script avec cette multitude de personnages et d’époques est hallucinante et louable, mais à quoi bon si le scénario ne tient pas la route...

Fjk1410
15/07/2020 à 07:50

J'ai adoré les 2 premières saisons mais la j'avoue que cette dernière est très décevante, les réalisateurs auraient dû garder le fil conducteur qui était pour moi la disparition d'enfants, ils auraient dû rester autour de cette intrigue et donner un sens compréhensible aux personnages principaux.
Vraiment dommage je reste sur ma faim.

Flo
14/07/2020 à 11:11

Wahou!! Quelle claque!!
J’ai adoré cette série, du début à la fin, de la fin au début. Tout s imbrique, tout est clair à la fin et on se rend compte que tout était écrit à l’avance, par les scénaristes et ... aussi pour les personnages!
J’aime interpréter mais j’aime aussi avoir des réponses, et là, on les a toutes!
Magique, splendide!!

Rick-Ornichon
12/07/2020 à 18:18

Me font quand même sacrément marrer les guignols dans les commentaires qui médisent sur la série sous prétexte que c'est pas du tout ce à quoi ils s'attendaient. on leur aurait donné pile ce qu'il espéraient ils auraient gueulé parce que c'est ce à quoi ils pensaient. en gros ils ont attendu le dernier épisodes pour comprendre qu'on les prendraient par surprise alors que ça faisait déjà 25 épisodes que la série s'en amuse...

mais bon, c'est pas comme si, parmi tous ces gens, y en a qui ont dû s'extasier devant des étrons télévisuels type The Mandalorian qui ne racontent rien et ne sont pas foutus de développer ni intrigue ni personnages... C'est comme les gens qui crachent sur des films comme ceux de Nolan en prétextant une fausse idée complexe, mais se paluchent à chaque Marvel qui sort en salle...

Rick-Ornichon
12/07/2020 à 17:29

@Cooper
Ulrich n'a aucune raison d'exister dans le vrai monde pour la simple raison qu'il est le petit fils d'Agnes Nielsen, elle-même fille de Bartosh (au même titre que Noah).Sauf que dans le vrai monde, à la fin de la série, vu que le voyage dans le temps n'a pas été créé, Bartosz, qui vient du présent et Silja, qui vient du futur, n'iront jamais dans le passé, et donc ne mettront jamais au monde ni Agnes ni Noah. De ce fait, la lignée Nielsen n'existe pas.

Plus

votre commentaire