The Mandalorian Saison 1 épisode 6 : critique qui tire dans le dos

Simon Riaux | 17 avril 2020
314
photo

Après un épisode terriblement artificiel, Disney donne de plus en plus le sentiment de jouer le chronomètre avec The Mandalorian. Son sixième épisode racontera-t-il enfin quelque chose de palpitant ?

ATTENTIONS SPOILERS

 

photoAllez, vitesse spoiler-lumière

 

C’EST L’HISTOIRE DE L’ENNUI

Une nouvelle fois, il faudra faire le deuil de toute velléité narrative solide. Jon Favreau n’est pas là pour nous raconter quoi que ce soit ou faire avancer la mythologie Star WarsThe Mandalorian s’impose de plus en plus comme une enfilade de sketchs dédiés aux fans de la première trilogie, désireux de faire trempette dans sa direction artistique, ses accessoires et son bestiaire.

Ainsi, nous retrouvons le casque à fente qu’interprète (ou pas) Pedro Pascal, alors qu’il accepte un travail en équipe pour le compte d’un vieil ami. Allié à quatre mercenaires peu fréquentables, il devra aborder un vaisseau pénitentiaire de la toute jeune République, exfiltrer un prisonnier et collecter une récompense sonnante et trébuchante. Évidemment, tout ne se passera pas comme prévu, et notre Mando préféré devra bientôt transformer ses complices en gâteaux à la viande.

Comme la semaine dernière, on n’aura pas droit à la moindre avancée ou nuance, notre héros anonyme étant d’une platitude psychologique qui impressionnerait jusqu’à la plus bretonne des crêpes. Baby Yoda n’est jamais qu’une peluche un peu coûteuse, et chaque personnage secondaire compose avec la durée de vie d’un mouchoir triple épaisseur abandonné sur la table de nuit d’un adolescent un peu tendu.

Pour les amateurs d’atmosphère finement travaillée ou tout simplement ceux qui espéraient vivre une aventure immersive dans l’univers Star Wars (surtout après les déclarations de Jon Favreau, expliquant que The Mandalorian entendait combler les trous narratifs de la franchise), le verdict est sans appel : le show n’est rien d’autre qu’une fan-fiction superficielle au budget surgonflé et ce n’est pas cet épisode qui viendra dire le contraire. Par contre, les spectateurs en quête d’une petite friandise cool risquent de pendre leur pied comme il faut.

 

photoPlus mignon qu'une loutre

 

SPACE KICK-ASS

Après un chapitre d’une mollesse infinie, aux situations aussi expéditives que stéréotypées, The Mandalorian tente de nous divertir avec un canevas d’action un peu plus sophistiqué que ces dernières semaines. Tout d’abord, malgré quantité de clichés et une absence d’originalité criante, la galerie de mercenaires qui apparaît cette semaine est plutôt réussie. La caractérisation fonctionne, chaque loubard cosmique a son caractère et ses particularités.

Dès lors, les différentes péripéties (abordage spatial, dézingage de robots, puis traque dans les coursives d’un vaste vaisseau) deviennent appréciables, notamment grâce à leur quantité et leur tempo, bien supérieur à ce que la série a pu proposer jusqu’à présent. Ainsi, en moins de 20 minutes, le 6e segment enchaîne la première baston vraiment classe du Mando contre une escouade robotique, une impasse mexicaine (ou Mexican Standoff, lorsque plusieurs personnages se mettent en joue simultanément), un twist attendu, mais correctement exécuté, puis une série de petites bastons toutes excellentes.

 

photoPeut-être Pedro Pascal

 

Enfin, le protagoniste semble équilibré, à la fois terrible prédateur surentraîné, et vilain poissard. Pour une fois, on croit véritablement à la réputation de cet ex-chasseur de primes, tout en constatant combien ses élans et sa malchance le mettent toujours en danger. L’humour tient d’ailleurs un positionnement idéal au cours de cet épisode, comme l’illustre une situation tendue, qui se conclut par une mort drolatique, qu’on croit anticiper, avant qu’un petit coup de porte ne la renouvelle. Jusque dans ses gadgets (on pense à un bras articulé tout droit sorti d’un vieux pulp), The Mandalorian nous fait plaisir.

Du coup, à condition de ne venir chercher que de la baston spatiale fun, correctement mise en scène, portée par une dramaturgie pêchue, on trouvera là un des épisodes les plus carrés de la série.

 

photoVivement les derniers épisodes, que la série mette le feu

 

Enfin, la bande sonore confirme qu’elle demeure un des points forts de la série Disney+. La quasi-totalité de l’épisode est portée par une petite rengaine électro, qui évoque tantôt les jeux vidéo de la fin des années 80, les ritournelles qui illustraient superbement Cowboy Bebop, tout en offrant à ce chapitre une atmosphère à la fois rétro et malicieuse.

Voilà qui ne nous emmène pas bien loin, mais le fait avec panache.

Un nouvel épisode de The Mandalorian est diffusé chaque vendredi sur Disney+ en France depuis le 7 avril

 

Mandalorian

commentaires lecteurs votre commentaire !

Pat Rick
17/04/2020 à 17:09

Pour moi clairement le meilleur épisode de la saison 1.

Nyl
17/04/2020 à 15:13

C'est vrai que la copie mal faite du 6 est bien mieux x).

Si tu veux revenir à SW, tu regardes du 1 au 6. La postlogie est dispensable et inutile.

Bdz
17/04/2020 à 14:39

Et dire qu'il y en a qui ose comparer cette bouse à la première trilogie ! Mais ce Mandalorian n'arrive même pas à la cheville des séries animées carton-pâtes. Cette série survendue avec un Yoda en caoutchouc de mauvaise qualité ne sert à rien et même pas à ce faire du fric puisque tous les fanas de Star Wars s'apercevront rapidement de la supercherie. Moi il m'a fallut attendre le n°6 pour comprendre ! La suite ça sera sans moi et vivement la ,sortie de l'ascension de Skywaker en bluray pour retrouver cet univers. Tiens, je vais me refaire Rogue One afin de faire passer ce goût frelaté qui me reste en travers après cette bouse. Bon courage pour ceux qui vont continuer à se faire berner.

Death
20/12/2019 à 11:42

Je penses que les avis de tel ou tel n'ont aucun intérêt.
A chacun son avis et vous n'êtes obligé de donner le votre à chaque fois.
Du coup je donne mon avis sur les gens :P

Drill Doctor 500X
18/12/2019 à 10:58

L'impatience dont tout le monde fait preuve est bien symptomatique de beaucoup de choses qui déconnent de nos jours. ''On veut une saison 1 parfaite bla bla bla''... À tel point que beaucoup de sériés qui surprennent directement déçoivent par la suite. Faut savoir... Je préfère un début lent (n'oublions pas que c'est la première SÉRIE de la franchise donc il y a un côté prototype. Ce n'est pas parfait mais Dave Filoni a fait ses preuves auparavant et n'hésitera pas à se lâcher pour la suite et construire beaucoup plus.

Zenshin
17/12/2019 à 09:43

Depuis l'épisode 1 je me "force" à regarder la série, en espérant voir un truc qui me plaît.

C'est beau, ça ressemble a du Star Wars, c'est sûr.
Et....c'est tout, les scénario sont prévisible, lisse, aseptisé.

Le "club" des Mandalorian est d'un ridicule, on dirait une réunion de Cosplayer anonyme façon Bioman qui répète leur Mantra a chaque fois qu'ils font une action.

Mando se fait avoir à chaque épisode "Oh mon dieux, on dirait un piège, j'y vais quand même...."oh ben zut alors, c'était un piège"....", bref....

Et cet épisode est vraiment le plus mauvais à mes yeux, les mercenaires ont un look totalement ridicule "mention spécial au diable rouge, bouhouhou tu fais trop, peur en 2019" et à Xi'an qui sort ses crocs toutes les 2 minutes pour montrer qu'elle est très très méchante...

Et avec tout ça, Mando ne se dis pas que comme tout les épisodes...il va se faire avoir. Mais bon comme tout les épisodes, il s'en sort...ben oui, c'est Disney, du coup, il ne se passe rien d'autre que "début d'histoire", "problème rencontré", "problème résolu".

Ma famille est passé dans le salon, les commentaires était "c'est quoi, c'est star wars? Ça à l'air super nul l'histoire", bah oui, je confirme...

Dvorack
16/12/2019 à 11:23

Ceux qui font référence aux séries des années 80 pour trouver des excuses à ce scénario vide, n'oubliez pas qu'une saison n'était pas constituée de 8 épisodes diffusés sur 2 mois. Sur 20 épisodes, ils auraient pu se permettre de faire doucement avancer le scénario, apportant une pièce à chaque épisode. Mais là on est quand même plus proche de la mini série (5 à 6 episodes) que d'un format traditionnel (13 épisodes). D'autant plus que l'on est sur des épisodes courts, 35 minutes en moyenne et encore)
J'attends de voir les deux derniers épisodes avant de me prononcer sur cette première saison, mais il va falloir que ça bouge pour remonter le niveau.
Mon avis : la série s'est arrêtée après le 3 épisodes. Pour ceux qui attendront la diffusion française sur Disney+ pour bingwatcher, vous pouvez passer directement du 3 au 7 (au moins) sans rien perdre du scénario.

Simon Riaux - Rédaction
16/12/2019 à 10:07

@Les Mandalos

Alors camarades, je vous conseille de rejeter un oeil à la critique... Car, si elle pointe certaines limites de la série, elle est très largement positive, comme la majorité des textes qu'on a publiés sur le sujet.

pol
16/12/2019 à 06:58

oui la serie ne vole pas tres haut, mais elle reussi a maintenir cette flamme, cette escapade, dans un univers lointain, d'une epoque lointaine, je ne parle pas que de nostalgie de star wars, mais aussi d'une epoque, de celle ou on regardait des mcguyver, des xena, des higlander et manimal.
pas les plus grands scenario avec plot twist et scenes de boules, ou des batailles avec des dragons, ou des villes du "turfu" mais en numerique sur fond vert.
non montre des gars avec des capes, qui font des ptites cascades quands un mec avec des cornes en platiques le jete sur des tableau de bord en plastique aussi.
et oui certains episodes sont faible, meme avec ces standards, mais celui ci etait excelent, vraiment.
je pense que la serie nest juste qu une fenetre sur la vie d'un perso dans cet univers, et meme ca je trouve ca cool. voila
je pense quil faut arreter de juger une oeuvre pour ce qu'elle n'est pas, mais plutot pour ce qu'elle est .

Discorso
16/12/2019 à 03:56

@Amachako

Avant de vous répandre en invectives et dire que - je cite - "notre supposé journaliste n'est pas très attentif", il faut commencer par ouvrir vos yeux et nettoyer vos esgourdes. L'hologramme en question est exactement le même que celui de l'épisode 3, c'est uniquement le droïde qui scrute la base de données à la recherche d'informations concernant le Mandalorien.

Évitons de tirer des plans sur la comète et réfléchir à de superbes twists scénaristiques, l'article le résume très bien : cette série se consomme comme une friandise ni plus ni moins. Plus que deux épisodes et la trame principale ne donne toujours pas de signe de vie.
Parce que si pour Jon Favreau exploiter les trous narratifs c'est nous dire que les Jawas aiment les œufs poilus on est quand même mal barrés ... Et ne vous méprenez pas j'apprécie réellement la série, j'aimerais juste que ces "sketchs" s'articulent autour d'une trame solide

Plus

votre commentaire