Westworld saison 3 épisode 3 : la série redécolle enfin, direction chaos

Geoffrey Crété | 30 mars 2020 - MAJ : 30/03/2020 22:16
20
photo

Notre critique du troisième épisode de la saison 3 de Westworld.

Retrouvez le résumé express des deux premières saisons.

Testez tes connaissances dans ce quiz spécial Westworld.

ATTENTION SPOILERS !

 

photo, Evan Rachel WoodTenue de soirée de confinement

 

HALE TO THE QUEEN

Après un premier épisode centré sur Dolores libérée dans la réalité, et un deuxième sur Maeve encore une fois au seuil d'un nouveau monde, place à la troisième figure féminine centrale de cette saison 3 : Charlotte. Le personnage incarné par Tessa Thompson avait été tué dans la saison 2, pour être remplacée pour un hôte, dirigé par Dolores. C'est sous cette cape corporate (et avec la complicité de Stubbs) qu'elle avait pu fuir Westworld. L'épilogue montrait que l'héroïne avait repris l'apparence d'Evan Rachel Wood, laissant planer le mystère sur quelle unité centrale de robot avait été placée dans le corps de Charlotte Hale.

Aperçue rapidement dans le premier épisode, elle est ici ramenée au premier plan, dans un mouvement évident pour replacer la situation de chaque personnage majeur en vue de la guerre à venir. Avec une idée intéressante ici : l'hôte que Dolores a choisi pour jouer le rôle de Charlotte, est en prise avec ce dédoublement de personnalité, ce déchirement de son âme, qui fissure un peu plus l'équilibre mental des hôtes déjà bien éprouvé par les multiples vies et les fameuses rêveries de Ford. C'est comme la goutte d'eau qui annonce le raz-de-marée à venir.

Scarification, panique, conflits entre une part de sa personne qui appartient à Dolores et une part de ce corps qui revient de droit au fantôme de Charlotte : ce personnage est présenté comme une bombe à retardement, d'autant plus dangereuse que l'épisode révèle le pacte passé depuis un moment entre Charlotte et Serak (Vincent Cassel). Le visage du conseil de Delos était donc une taupe, qui travaillait contre ses employeurs et sortait de précieuses informations sur les visiteurs. Et Serak complique les plans de Dolores, puisqu'il a discrètement racheté des parts de Delos.

Autre révélation : Charlotte a un fils, Nathan, qu'elle délaissait. Un robot confronté à un rôle de mère, c'est certes une idée classique, mais qui risque de brouiller toujours plus les lignes entre humain et synthétique.

 

photo, Tessa ThompsonMiroir, miroir, dis-moi qui je suis bordel

 

TEDDY WINNER

Reste la grande question : qui est dans le corps de Charlotte ? Dolores était partie de Westworld avec cinq boules-unités centrales : Bernard (éveillé), et quatre autres encore mystérieux (dont un qui a été placé dans un homme de main, dans l'épisode 1).

Dans cet épisode 3, Dolores répète qu'elle a confiance en cette nouvelle Charlotte, et lorsque celle-ci l'appelle à l'aide, la tension amoureuse, voire sexuelle, est évidente entre elles. Quand Dolores dit que nul ne la connaît mieux que cette personne en face d'elle, difficile de ne pas y voir Teddy, sa pierre angulaire, son amour d'hier et de toujours, inscrit dans son programme, avec lequel elle projetait de partir et remporter sa guerre.

Le personnage incarné par James Marsden s'était suicidé dans la saison 2, incapable de gérer les modifications faites par sa dulcinée, qui avait altéré son programme pour en faire une machine à tuer. Elle avait assisté impuissante à sa mort, mais avait embarqué son unité centrale. Sachant que cette nouvelle Charlotte est en proie avec des instincts de prédateur, et une violence qui gronde en elle, l'âme de Teddy semble bel et bien là. Une stratégie logique pour Dolores : qui mieux que Teddy peut lui obéir, coûte que coûte ?

 

Photo James Marsden, Evan Rachel Wood"I can't protect you anymore"

 

Une bien riche idée, qui rebattrait les cartes des genres, en basculant un archétype de cowboy viril dans un corps de femme et mère. Pour rappel, une bande-annonce de cette saison 3 montrait Maeve, demandant si c'était bien Teddy face à elle... Bien sûr, ce n'est qu'une option. Angela serait aussi un parfait soldat, vu comme elle avait épaulé Dolores dans sa guerre pendant la saison 2.

Dans tous les cas, cette Charlotte est un élément majeur dans la situation, vu sa fragilité psychologique, et son enracinement humain avec Nathan. D'autant qu'elle a sous ses ordre de gros robots type ED-209 de RoboCop, assemblés après le chaos dans les parcs, au cas où.

 

photo, Evan Rachel WoodPrête à tout

 

L'UNION FAIT LA FÉROCE

Mais au-delà de ces twists et questionnements, c'est la relation entre Dolores et Caleb qui prend une belle tournure. Laissée à moitié morte à la fin du premier épisode, elle est sauvée par le personnage d'Aaron Paul, et elle viendra l'aider à son tour un peu plus tard. Une vie pour une vie. Pourquoi ? A t-elle besoin du soutien d'un humain vu que la situation a changé, avec Serac qui la cherche et contrecarre ses plans sur Delos, et Charlotte qui vrille ? Renforce t-elle ses rangs par pure stratégie, ou a t-elle simplement besoin d'un compagnon qui, comme Teddy hier, est prêt à se mettre en danger pour elle ?

Dans tous les cas, Westworld offre une magnifique scène sur la jetée, où Dolores éveille Caleb à la tyrannie numérique et invisible mise en place par Serak et le système Rehoboam. Ce n'est pas un hasard si une variation du thème de la série, composé par Ramin Djawadi, résonne au-dessus de l'océan : Westworld semble ici se recentrer, sur le vrai combat qui n'est plus celui des humains contre les machines, mais des oppressés contre le système.

Comme Dolores, Caleb est contraint et contrôlé. Les fils sont bien plus invisibles, son parc n'a pas de mur d'enceinte, mais il reste un pantin du système, dont la mort est quasi programmée. Ils sont tous les deux condamnés à courte ou moyenne échéance, et c'est ce désespoir, ce vide existentiel, qui les unit dans la douleur et la colère.

 

photo, Aaron PaulBreaking really, really bad

 

"La question n'est pas qui tu es, mais qui ils te laisseront devenir". Les mots de Dolores rappellent que la question du libre-arbitre et de la liberté (mot mis en avant sur les affiches de cette saison 3), est plus que jamais centrale, pour les hôtes mais aussi les humains, dont les histoires sont finalement elles aussi écrites et limitées par d'autres qu'eux-mêmes.

En sortant du parc, Westworld délaisse la métaphore et rappelle que le sujet est bien celui de l'humain, des laissés pour compte, des sous-citoyens utilisés et remâchés par le système. Que ce Rehoboam ressemble à une version infernale de Google, Facebook ou autre, va dans ce sens. Entre Dolores et Caleb bien partis pour être des Bonnie & Clyde du futur, Charlotte revenue dans un état explosif, Maeve ramenée dans l'épisode précédent comme arme de Serac, la guerre pour Delos s'annonce fantastique.

Premier épisode de Westworld réalisé par Amanda Marsalis, toute nouvelle sur la série (après deux épisodes signés par des habitués), The Absence of Field est jusque là le plus intense et riche de cette saison 3. Avec une musique aux accents de Vangelis sur Blade Runner, des relations qui deviennent de plus en plus complexes et inquiétantes, et des liens de plus en plus clairs entre les intrigues, la série retrouve un cap. Tant mieux, car c'est presque la moitié de la saison - qui ne compte que 8 épisodes.

Un nouvel épisode de la saison 3 de Westworld, chaque semaine, à partir du 16 mars sur OCS.

 

Affiche

commentaires lecteurs votre commentaire !

patrice26
25/04/2020 à 12:37

a mon sens il est impossible que ce soit teddy car il a etais envoye dans le monde virtuel avant que dolores en change les coordonnees

Marc
07/04/2020 à 18:48

La comédienne qui joue DOLORES Evan Rachek Wood est juste éblouissante ! Avant la voir dans Westworld je l'ai jamais vu dans d'autre film. Elle est le personnage le plus important de cette série. Elle est juste incroyable .

Marc
04/04/2020 à 12:05

Qui se cache dans l'hôte ? sa fait partie des questions et suscite plusieurs hypothèses ! Ce qui m'intéresse c'est DOLORES va elle réussir à ce venger tuer tous ce qui lui ont fait souffrir,

Louig
03/04/2020 à 23:26

En fait Dolores est un moissonneur.

Ykazia
03/04/2020 à 22:59

Je penchais aussi pour clémentine mais au vu de la « relation «  entre doloress et charlotte ??!!!

Marc
31/03/2020 à 11:26

Cette episode pas mal du tout . Dans le teaser de l'épisode 4 on retrouve cette crapule de William. J'attends avec impatience le face à face de DOLORES et Maeve.

Drôle de mech
31/03/2020 à 11:18

Déçu de l'orientation prise, l'individu broyé par big brother est un thème rabbaché de la SF, je regrette l'abandon des parcs.

lambdazero
31/03/2020 à 09:51

Super épisode, effectivement.
Juste un truc, c'est moi ou la scène de la fusillade dans l'ambulance est filmée avec les pieds ? Je n'ai pas eu le temps de m'y recoller, mais lors du premier visionnage, j'ai trouvé que ça jurait avec le reste.

Hailde
31/03/2020 à 09:47

Et bien moi je serai allé autre part avec Clémentine !

Perso ce n'est pas vraiment la question du personnage à l'intérieur de Hale qui m'interpelle dans l'épisode mais le manque d'âme de la série depuis le début de la saison.

La saison 2 est alleé trop loin dans ses concepts phylo et dans sa narration temporel, nous en sommes tous d'accord ( dans la majorité ) mais là c'est l'inverse qui nous est proposé, Je trouve ça bien trop plat, sans âme, sans réel densité émotionnel comme c'était le cas dans les saisons précédentes.

Geoffrey Crété - Rédaction
30/03/2020 à 23:59

@Aguy

Vous aurez d'ailleurs noté que depuis l'épisode 1, je ne vais même plus sur le terrain des temporalités et questionnements de ce côté. Pas parce que je ne m'intéresse pas aux précisions, ou par refus de prendre du recul sur la globalité de l'intrigue, mais parce que je préfère ne pas ouvrir la porte aux théories, qui sont encore un autre exercice que la critique. Je préfère regarder l'épisode, parler mise en scène, direction artistique, musique, narration sur le moment présent, et donner un point de vue.

Et vous voyez, cette option de Charlotte-Teddy n'a rien de simpliste au fond, vu la réaction qu'elle provoque chez vous ;) Comme quoi, ce serait peut-être un choix fort et puissant des scénaristes, qu'on sait ambitieux et joueurs !

Au plaisir.

Plus

votre commentaire