Arrested Development saison 5 : la tournée de promo de la série Netflix a failli virer à la catastrophe

Prescilia Correnti | 25 mai 2018
Prescilia Correnti | 25 mai 2018

A l’heure de la chasse aux sorcières, les hommes frémissent et trépassent devant la sentence. Marche ou meurt. Excuse-toi ou meurs. A l’instar de David Cross.

L’histoire n’est pas simple. Alors il va falloir un peu de courage, s’accrocher et remonter le fil de l'histoire un peu en arrière. Depuis les accusations de harcèlements sexuels à l’encontre d'Harvey Weinstein, c’est toute la parole féminine qui a pu se libérer. Qui en a profité pour blâmer et montrer du doigt leurs oppresseurs masculins. Parmi les récentes victimes d’accusations nous retrouvons entre autres Morgan Freeman et notre intéressé du jour : Jeffrey Tambor.

 

photo, Jeffrey TamborDans quel pétrin je me suis encore fourré

 

Pour la faire très courte, Jeffrey Tambor, tête d’affiche de Transparent (licencié depuis de la série) et acteur récurrent dans Arrested Development a subi quelques affres de la colère féminine. Après les reproches de Van Barnes et de Trace Lysette, c’est au tour de sa collègue de travail, Jessica Walter, d’affronter publiquement Jeffrey Tambor.

"En presque 60 ans de carrière, personne ne m’a crié dessus comme ça sur un plateau. C’est difficile à digérer, mais maintenant c’est fini" avait confié l’actrice, en larmes, lors d’une table ronde avec toute l’équipe de la série.

Un peu plus tard dans l’interview, l’actrice évoquait son ressenti : "Je veux quand même dire une chose dont je viens de me rendre compte avec cette conversation. Il faut que j’arrête d’être en colère envers Jeffrey Tambor. Il n’a jamais dépassé les limites sur notre série, pour tout ce qui est sexuel. Verbalement, par contre, oui. Il m’a harcelée, mais il s’est excusé. Il faut que je passe à autre chose".

C’est dans cette optique que Jessica Walter n’est pas opposée à retravailler avec lui : "Bien sûr, je pourrais de nouveau collaborer avec lui immédiatement".

 

 

De quoi se souvenir que suite à son éviction de TransparentJeffrey Tambor avait lui-même admis au Hollywood Reporter qu'il avait eu un comportement inapproprié et n'était pas facile à gérer : "J'étais difficile. J'étais méchant. J'ai hurlé sur Jill (Solloway, créatrice de la série). Elle m'a dit récemment qu'elle avait eu peur de moi."

 

Photo Jeffrey TamborDans Transparent

 

Du côté d'Arrested Development, David Cross, acteur dans la série, s’était aussi exprimé sur le sujet pour soutenir son confrère Tambor, malgré toute la tambouille judiciaire qu’il y avait autour de lui. Aujourd’hui, l’acteur revient sur sa décision et a exprimé publiquement sur les réseaux son erreur d’antan :

"Je voudrais sans équivoque m’excuser auprès de Jessica. Je suis désolé de la façon dont nous nous sommes comportés avec elle. Je pense que ce que Jeffrey a fait était flagrant et cruel. Je ne vais pas défendre ce que Jeffrey a fait du tout. Il n’y a juste aucune excuse à se comporter de cette façon".

 

photo, Jason Bateman, David CrossHo putain cette galère

 

Même retournement de situation pour Jason Bateman. Après avoir annoncé qu’il  "ne comprenait pas pourquoi Jessica Walter pleurait de cette façon" et que "de toute façon ça arrive tout le temps, il n’y a pas là de quoi pleurer", l’acteur s’était pris un torrent d’insultes de la part des spectateurs. Du coup, idem que David Cross, Jason Bateman, s’excuse publiquement à son tour :

"Je tenais tellement à montrer à Jeffey que je soutenais la façon dont il essaie d’apprendre de ses erreurs, de grandir, de s’excuser que j’ai sous-estimé le ressenti de la victime. Elle était assise juste là ! J’ai honte et je suis profondément désolé d’avoir fait ça à Jessica Walter. Je n'aurais pas dû faire du 'mansplaining' [ndlr : tendance masculine à expliquer aux femmes avec condescendance ce qu’elles savent déjà ou mecsplication en français] et tenter de réconcilier deux personnes, mais plutôt me focaliser sur le principal : qu'il n'y a jamais d'excuse au harcèlement, quelle que soit sa forme et sa victime".

 

 

"Et, la voix de la victime doit être entendue et respectée. Je n'ai rien dit à l'époque. Je suis profondément et sincèrement, désolé."

La conséquence de toute cette histoire ? La tournée de promotion des acteurs au Royaume-Uni a tout simplement été annulée comme l'a annoncé le géant du streaming Netflix dans un communiqué. Sans doute afin d'éviter d'alimenter toute polémique.

La date de sortie sur Netflix de la saison 5 d'Arrested Development est toujours prévue pour le 29 mai.

 

Affiche

commentaires

chope
27/05/2018 à 20:23

On a supprimé mon message, quelle est la raison?

Fil
25/05/2018 à 22:15

@ Finnigan : je te rejoins à 200%. Et j'ajouterai que l'auteure de l'article en commençant avec : "A l’heure de la chasse aux sorcières, les hommes frémissent et trépassent devant la sentence. Marche ou meurt. Excuse-toi ou meurs." fait assez fort. Parce que c'est sûr que tout cela n'est qu'une chasse aux sorcières et que les pôôôvres hommes sont des victimes. Mais vu le nombre de plus en plus conséquent de trolls qui viennent ici pour se soulager...faut il s'en étonner ?

Finnigan
25/05/2018 à 21:57

@Grrrr

En résumé, alors même que Tambor, pourtant remonté contre Amazon qui a décidé d'ouvrir une enquête (chose à peu près logique), a admis avoir été difficile et très violent verbalement sur le plateau de Transparent, et qu'une actrice d'Arrested Development confirme qu'elle a elle aussi dû encaisser ses colères : tu préfères y voir une femme qui supporte mal les rapports de force et est perturbée.
Mais chut hein, faut surtout saisir la moindre occasion pour dire que les femmes "elles ont pas toujours raison, même qu'elles mentent et exagèrent et que les hommes en sont les victimes". Quitte à même pas trop s'être renseigné. Typique du web et de notre époque, en somme. Tristement banal.

Gggrrr
25/05/2018 à 18:38

En résumé, une actrice ne supporte pas les rapports de force et ça la perturbe : Ok, c'est compréhensible. Bosser dans une mauvaise ambiance, c'est pas bien. En revanche, on voit aussi le comportement outrancier de l'actrice qui transforme ça en harcèlement, alors que finalement, ça n'en est pas. Mais chut, faut pas le dire, faut jouer le jeu du soutien, etc. Typiquement américain. Triste époque.

votre commentaire