Star Wars : les changements que George Lucas a fait et qui ont bien énervé les fans

Déborah Lechner | 29 décembre 2019 - MAJ : 30/12/2019 19:48
Déborah Lechner | 29 décembre 2019 - MAJ : 30/12/2019 19:48

Si certains ont encore la trilogie sauce Disney en travers de la gorge, il ne faut pas oublier que George Lucas a lui aussi provoqué la colère les fans plus d'une fois.

Même si Star Wars est depuis plusieurs décennies une des œuvres les plus cultes et importantes du grand écran, George Lucas est resté un éternel insatisfait et n’a cessé d’ajuster sa création au grand désarroi de son public. Le premier gros lifting de la trilogie originale s’est fait en 1997, soit 20 ans après la sortie d’Un nouvel espoir, dans la première Édition spéciale.

C’était l’occasion pour le père fondateur de remédier aux contraintes techniques et budgétaires de l’époque en modernisant ses films avec un ré-étalonnage des couleurs, un nouveau mixage son, de nouvelles incrustations numériques, mais aussi des rajouts de dialogues et de scènes pour que son univers ressemble davantage à ce qu’il avait imaginé initialement.

 

PhotoLa tête de George Lucas lorsqu'il revoit les effets spéciaux de ses premiers films 

 

Mais le ravalement de façade a continué au fil des années, les changements les plus conséquents accompagnant la sortie DVD de la saga en 2004 et sa réédition Blu-ray en 2011. Les fans n’ont d’ailleurs pas cessé de reprocher à Lucas de dénaturer la franchise, d’altérer son charme d’antan et de renier son authenticité. Toutes les modifications ne sont pas notables, certaines tendent au perfectionnisme, tandis que d'autres ressemblent plus à de la réécriture de dernière minute qu’a du simple peaufinage.

 

HAN TIRE LE PREMIER ?

De façon quasi-unanime, le changement opéré par George Lucas qui a le plus révulsé les fans est celui de la scène de lEpisode IV - Un nouvel espoir à la Cantina de Chalmun sur Tatooine où le mercenaire Greedo (Paul Blake) vient récupérer la prime sur la tête d’Han Solo (Harrison Ford). En 1977, les deux personnages sont assis l’un en face de l’autre et dégainent chacun leur blaster sous la table, mais avant que Greedo ait eu le temps de cligner des yeux, le contrebandier l’abat de sang-froid, confirmant ainsi son statut d’anti-héros badass, prêt à tirer dans le buffet de tous ceux qui lui chercheront des noises.

 

photo, Harrison Ford"Mon doigt a ripé"

 

Mais George Lucas voulait qu’Han soit vu comme un héros, surtout par les enfants (n’oublions pas le merchandising), alors pour l’Édition spéciale de 1997, la scène a été légèrement modifiée. C’est cette fois Greedo le myope qui tire le premier, manque Han d’un cheveu, ce dernier n’ayant pas d’autre choix que de lui renvoyer son tir en pure légitime défense.

Le scandale est né, même si la scène va encore être modifiée trois fois par le réalisateur. En 2004 et 2011, les deux tirent en même temps, histoire de partager les torts, tandis qu’en 2019, pour la ressortie en 4K sur Disney+, une ligne de dialogue non sous-titrée s’est glissée dans la scène, laissant croire que Greedo a menacé ou provoqué Han Solo, ce qui a signé son arrêt de mort. Mais les vrais le savent, Han a tiré le premier.

 

 

SHAW MUST GO ON

À la fin de Star Wars : Épisode VI - Le Retour du Jedi, un des plus grands mystères du cinéma a été élucidé, les fans ont fini par découvrir qui se cachait sous le masque de Dark Vador. Mais le personnage a eu plusieurs interprètes dans les premiers films, David Prowse qui se trouvait dans l’armure impériale, entièrement redoublé par James Earl Jones (ce qui a d’ailleurs bien agacé le culturiste, au point d’être banni de toutes les conventions Star Wars pour ses critiques à répétition) et enfin Sebastian Shaw, le visage démasqué du patriarche Skywalker.

Mais dans la prélogie, c’est Hayden Christensen qui prête ses traits au jeune Anakin. Lucas a donc profité de la réédition de 2004 pour gommer les quelques incohérences entre les deux trilogies. La scène culte du  Retour du Jedi où Luke (Mark Hamill) découvre le visage de son père a été modifiée pour que Sebastian Shaw ressemble davantage à Christensen.

 

Sebastian Shaw"Pour les sourcils, on fait une intégrale ?" 

photo, Sebastian Shaw"On redessinera tout ça au crayon au prochain RDV"

 

Ses yeux bruns sont devenus bleus, son teint a été rendu plus pâle et ses sourcils ont disparu pour qu’on reconnaisse le grand brûlé dont la peau n’a plus revu la lumière depuis les événements de La Revanche des Sith.

De même, dans la scène finale du Retour du Jedi lorsque Luke aperçoit les esprits de Yoda, Obi-Wan (Alec Guinness) et son père, le visage de Shaw a été numériquement effacé et remplacé par celui d’Hayden Christensen (le non respect total). C’est ainsi qu’un acteur qui avait deux ans au moment de la sortie du film a pu y faire une apparition âgé d’une vingtaine d’années. 

 

Photo Hayden ChristensenActeur précoce

 

NOOOOO C'EST NON

Si le visage de Sebastian Shaw a été un peu malmené dans la première trilogie, le personnage de Dark Vador en a aussi pris pour son grade. À l’origine, à la fin du Retour du Jedi, lorsque le Sith assiste à la torture de son fils par l’Empereur Palpatine (Ian McDiarmid), il finit par revenir du côté lumineux de la Force pour le sauver, quitte à y laisser le peu de vie qu’il lui restait.

 

Photo Dark Vador"Tire mon doigt" 

 

La puissance et le charisme du personnage ont toujours résidé dans son mutisme imperturbable. Les fans s’étaient toujours demandé ce qui pouvait bien se passer dans la tête d’un des méchants les plus cultes du cinéma, ses dilemmes moraux étant muets et ses expressions faciales cachées par son imposant masque.

Mais dans la version Blu-ray de 2011, George Lucas a décidé de repomper une de ses idées de La Revanche des Sith, lorsque Vador hurle "NOOOOO" après que l’Empereur lui ait appris qu’il avait tué Padmé (Natalie Portman). Cette touche lyrique un peu grotesque a donc été ajoutée au combat final du Retour du Jedi, pour une tournure plus kitsche que les fans n’ont toujours pas digérée. Lucas avait choisi de tuer Vador au moment où ce dernier hôte son casque, le méchant est donc mort une seconde fois.

 

 

 

CG-AÏE

Un des plus gros reproches fait à George Lucas par les fans est le fait d’enlever toute l’authenticité des premiers films, dont le bricolage parfois hasardeux faisait tout le charme. On peut par exemple citer Yoda, dont la marionnette dans Star Wars : Episode I - La Menace fantôme a été remplacée par une bonne dose de CGI, même si l’affront le plus éhonté concerne l’immonde Jabba le Hutt.

À l’origine, la créature était un ambitieux animatronique à qui des humains donnaient vie dans Le Retour du Jedi. Ce travail artisanal était tellement colossal qu’une des scènes du personnage a été abandonnée. Il devait s’agir d’une conversation entre le contrebandier et le gangster alors incarné par l’acteur Declan Mulholland. Il devait être remplacé par un alien en stop-motion en post-production, mais faute de temps et de moyens, la scène a tout simplement été supprimée. 

 

photoJabbat le Hutt version 1997

 

Mais dans sa folie des grandeurs, le père fondateur a rectifié le tir avec l’Édition spéciale (qui n’a décidément épargné personne). La scène de négociation avec Han Solo a été réintroduite dans le récit avec un Jabba tout de CGI vêtu. Mais le piètre résultat a provoqué la colère des fans, qui reprochaient en plus à la scène d’alourdir le rythme du film. Pour arranger tout ça, Lucas s’est rattrapé avec la réédition de 2004 qui présente un nouveau design de Jabba le Hutt, bien plus acceptable.

 

photoJabba le Hutt version 2004

 

BACK TO BLUE

S’il devait y avoir un objet qui a lui seul représente l’Univers Star Wars, ce serait bien le sabre laser. Le bruit est rapidement devenu légendaire, mais l’aspect n’a pas arrêté de changer au cours des différentes rééditions. Entre 1977 et 1997, les lames ont été affinées et leur lumière intensifiée. Mais il y a eu un couac au niveau des couleurs, qui ont toutes leur importance dans cet univers.

Jusqu’à la mise en route de la prélogie, lorsque Luke Skywalker s'entraînait à bord du Faucon Millénium avec son premier sabre laser, celui qui a appartenu à son père, il était blanc. Mais dans l’Episode II - L'Attaque des clones, l’arme Jedi d’Anakin apparaît bleue. Il aurait donc été logique de colorer le sabre de Luke ni vu ni connu pour conserver le fil conducteur.

 

photo, Mark HamillLe sabre qui est tout sauf bleu 

 

Sauf que dans la sortie DVD de 2004, le sabre devient vert, alors que cette couleur est réservée au deuxième sabre laser du Jedi, celui qu’il fabrique et utilise pendant la bataille d’Endor. Heureusement, la boulette a été réparée à l’occasion de la sortie Blu-ray qui a reteinté la lame de la bonne couleur. 

Il est désormais impossible de retrouver les trois premiers films tels qu'ils sont arrivés à l'affiche, la plupart des éléments ayant été remplacés par des effets numériques inexistants à l'époque et tant pis pour les fans de la première heure. Comme quoi, il n'y a pas que Dark Vador qui a troublé l'équilibre de la Force. 

Star Wars : L'Ascension de Skywalker de J.J. Abrams est toujours en salles et notre critique sans spoiler est juste ici. Pour un dossier complet du film, c'est par là et pour les bonnes idées que la prochaine trilogie pourrait piocher dans l'Univers Etendu, ça se passe de ce côté

 

Affiche

commentaires

Jet
01/01/2020 à 10:52

Mais on s’en fou du vrai! C’est Star Wars bon sang! Encore une fois! Paye ton p.tin de dépaysement cosmique!
J’ai aussi vu des comms disant que c’était cool parce qu’en voyant ces personnages sous cet angle dans la postlo c’était cool parce qu’ils faisaient plus humains.... C’est d’une originalité à toute épreuve.......

MystereK
31/12/2019 à 15:56

NYL Non, cela n'a pas mal vieilli, c'est le produit d'une époque, ce qui se faisait de mieux à ce moment là et quelques trucages sont MIEUX que ce qui se fait aujourd'hui en pur numérique et j'en revient à Yoda bien plus réaliste en dur, avec de la consistance que cette aspect artificiel e volatile de la version numérique où on dirait qu'il n'a aucune accroche dans la réalité, bouge de manière trop artificielle et sans acun poids qui semble reposer sur le sol. Ce n'est pas pour rien que beaucoup de réalisateur reviennent à l'animatonic ou aux trucages dit pratiques directement sur le set pour éviter cet aspect artificiel du numérique, in bon mélange des deux, c'est ce qui peux donner une meilleure illusion de réalité, mais la plupart des personnages de la prélogie en pur numérique font rarement vrai, Jar Jar en tête.

Et oui,cela a du sens puisqu'il a un retropédalage dans la création des effets spéciaux pour inclure à nouveau des effets en dur. Ce n'est pas pour faire plaisir au nostalgique, c'est poru faire plus vrai parce qu'il est difficile de tromper l'oeil et le Yoda en pur numérique est une horreur pour beaucoup de nos rétines (même Gollum, la pluaprt du temps réussi, jure par moment et le tout numérique du Hobbit a déplut à ebaucoup par rapport aux décors rééels du seigneurs des anneaux).

Simon Riaux - Rédaction
31/12/2019 à 15:17

@Minounet

Bah du coup, je veux bien les références, je serais ravi de me la procurer, cette édition :)

Déborah Lechner - Rédaction
31/12/2019 à 14:21

@Jet , @Minounet

On a tous quelque chose en nous de Simon

Minounet
31/12/2019 à 13:40

Mon pauvre Simon,
si seulement tu savais de quoi tu parles quand tu dis que l'on ne peux pas trouver les éditions original
Pour info, il y a eu une édition spécial en BR qui justement nous propose de voir l'édition réel , celle ou han solo tire le premier, et ou il rencontre jabba the hut en 1977
tu peux te renseigner avant de faire un article stp, ce serait bien.
Sinon en ce qui concerne les diverses retouche, chacun son avis mais c'est vrai que voir les éditions original sur un écran de ciné, ca fait bizzard

Jet
31/12/2019 à 13:05

C’est un article chapeauté par Simon Riaux? Parce que comme c’est bizarre ça y va sur la prélo mais d’une force....

Et il y a toujours MysteryK et ses leçons de morale....

Marty
31/12/2019 à 09:10

"Il est désormais impossible de retrouver les trois premiers films tels qu'ils sont arrivés à l'affiche"

Si . Il y a des éditions double dvd assez facile a trouver avec les originaux ( dans leur jus par contre, format d'origne, definition d'origine .. au moins ca fait authentique )

Anakif
30/12/2019 à 21:33

Troisième article que je lis sur votre site qui critique ouvertement Star Wars
C'est votre target de fin d'année ....
C'est du cinéma c'est la pour nous amuser et passer un bon moment a vouloir souligner toutes les invoherences ou les problèmes des différentes éditions vous passez a côté du formidable allez retour vers une galaxie lointaine dommage pour vous ...
Je continuerai a lire vos articles mais dès que vous parlerai de Star Wars je zappe vous manquez d'objectivité pour moi ....
Mais ce n'est que mon avis ....
May the force with you

Eléonore
30/12/2019 à 20:49

Nyk je ne suis pas d'accord avec toi sans les fans Lucas n'aurai rien donc il est normal de nous respecter. Il a envie de rebosser sur ses films pqe il veut pouvoir faire en 2020 ce qu'il n'a pas pu faire en 1977 ? Je peux tout à fait comprendre et respecter. Mais ne pas proposer à ses fans qui le désirent les versions originales qui nous ont fait rêver enfants c'est injuste et irrespectueux. Le mec a carrément récupérer les négatifs originaux à l'association qui conserve les grands films populaires, à ce niveau là c'est pathologique. C'est un éternel insatisfait. Quand tu crées qq chose d'artistique et que tu le partages ça ne t'appartient plus totalement faut l'accepter. Encore une fois je respecte son envie de retravailler dessus éternellement s'il veut et je suis sûre qu'il y a d'autres de gens comme toi friands des films re re re re .... masterisés qui seront contents de le suivre. Mais ne pas respecter les autres fans qui demandent juste la possibilité de retrouver leur premier amour c'est inadmissible.

Nyl
30/12/2019 à 12:51

Et rester à l'ancienne, c'est ne pas évoluer, juste pour faire plaisir.

Et désolé, mais le cinéma est capable de mieux que nous livrer des moyens techniques dépassés. Surtout aujourd'hui, juste pour faire plaisir à des nolsagiques ou par faignantise.

Plus

votre commentaire