Star Wars : L'Ascension de Skywalker - le roman tiré du film fait des révélations sur le père de Rey

Déborah Lechner | 5 mars 2020
Déborah Lechner | 5 mars 2020

Star Wars : L'Ascension de Skywalker nous a fait le coup du fils caché sorti de nulle part et comme aucune vraie explication n'a été donnée, c'est au roman de s'en charger.

Si Le Réveil de la Force nous a intrigués quant à l'identité de Rey (Daisy Ridley) et notamment de ses parents, Les Derniers Jedi a étouffé le suspense dans l'oeuf en faisant de l'apprentie Jedi, l'enfant de personne, ou plutôt de ferrailleurs qui ont vendu leur fille alors qu'elle était encore petite. En voulant donner une nouvelle impulsion à l'histoire commencée par J.J. AbramsRian Johnson s'est ainsi attiré les foudres d'une bonne partie des fans.

Difficile en même temps d'imaginer que Rey soit aussi puissante si elle n'a pas un solide patrimoine génétique, mais on ne s'attendait pas non plus à ce qu'Abrams annule complètement le précédent film et la révèle comme la petite-fille de Palpatine (Ian McDiarmid) qui depuis le début vivait caché sous terre (ou du moins son clone) dans une grande coloc de Sith. 

 

photoFaut pas pousser papi dans les orties

 

Le carton de présentation du film s'est chargé de réintroduire le méchant iconique de la saga comme on enfoncerait une porte avec un bélier, ce qui n'a pourtant pas dégagé de temps pour de quelconques explications qui tiennent la route. L'Ascension de Skywalker laisse comprendre que ce Dark Sidious ressuscité est en réalité un clone de l'ancien Empereur, bien qu'il ait fallu attendre la novélisation du film de Disney pour en avoir la confirmation. 

Il restait tout de même un autre gros point d'interrogation après le retour de Palpatine, qui aurait d'ailleurs dû réapparaître bien plus tôt, à savoir la nature de son fils qui est aussi le père de Rey interprété par Billy Howle dans les quelques flashbacks où il apparaît. Le film est resté très flou quant à son origine et après visionnage, on ne sait toujours pas avec certitude s'il est un clone plus jeune de Dark Sidious ou bien son enfant naturel, ce qui amènerait en plus à connaître l'identité de sa mère. 

 

photo, Daisy RidleyDaisy Ridley dans le rôle de Rey

 

Heureusement, Disney mettra en vente son roman de service après-vente dès le 17 mars. Il se chargera de combler toutes les brèches du scénario. On y découvre ainsi que le fils de Palpatine est bien un clone de l'Empereur, mais qui a foiré. On y apprend qu'après les événements du Retour du Jedi, le seigneur Sith a "plongé sa conscience dans un clone", mais ce transfert n'était pas parfaitement réussi. Les autres Sith ont alors travaillé d'arrache-pied pour lui concevoir un nouveau corps.

Une de ces tentatives est décrite comme "un échec inutile et faible, un clone pas tout à fait identique" qui a cependant survécu et fondé une famille avec la mère de Rey (Jodie Comer). Avec seulement 30 secondes d'explication en plus, le twist final aurait donc pu considérablement muscler son jeu et éviter de perdre son public, qui n'a plus que le roman pour espérer obtenir des réponses à ses nombreuses questions laissées en suspens

La saga des Slywalker est maintenant terminée et une nouvelle ère se profile sur grand écran avec le lancement d'un film Star Wars réalisé par J.D. Dillard qui fera ses débuts dans la cour des grands. En attendant, notre dossier complet sur Star Wars : L'Ascension de Skywalker est juste ici

 

Affiche

 

 

commentaires

Baron Fel
06/03/2020 à 21:22

A part Rogue 1, Disney ne fait que du n'importe quoi avec cet univers.
Dommage.
Moi je suis triste, mon compte en banque apprecie.

Elladora
06/03/2020 à 17:10

Ce n etait pas déjà dit dans les comices?

Birdy
05/03/2020 à 22:19

Les Yuuzahn Voong c'était too much. Un croisement entre Star Wars et Predator. C'est surtout la trilogie de Thimothy Zahn qu'il fallait adapter. Renier des personnages si géniaux que Thrawn, Mara Jade, quel gachis. Mais les acteurs d'origine ayant vieillis, ils ont préféré sauter 40 ans et nous inventer un nouvel ordre sorti de nulle part, cheaté sur la puissance de feu, mais géré par des idiots sans charisme.

Birdy
05/03/2020 à 22:14

J'en rigole Atchoum, mais je suis bien d'accord dans le fond. Le peu d'inspiration des auteurs de la dernière trilogie est caché derrière son budget et son fan service.
Je retiens tout de même la première heure du VII, Rey était un perso plein de promesses, l'actrice semblait parfaite pour le rôle. La fin du VIII est belle aussi, avec enfin qqes plans inconiques sur Luke. Et dans le IX, le combat entre Rey et Kylo.
Mais si peu d'idées, c'est presque un crime avec un tel budget pour te payer une armée (de clones) de scénaristes.
La vérité, c'est qu'il fallait amortir l'énorme achat de la licence, et qu'ils ont planifié à la va vite une trilogie sans fondement. Il fallait traiter ces trois films comme une série, avec un showrunner, et connaitre les arcs narratifs de A à Z, sans dévier au gré des avis de fans enragés. Et oui, il fallait créer, dans cette galaxie lointaine, de quoi aller plus loin que ses origines. Même pour conclure l'histoire des Skywalker.

Miju
05/03/2020 à 21:30

C'est marrant parce que quand j'ai le film, je me suis dit que les sith présents n'étaient qu'une métaphore pour illustrer la phrase "1000 générations de sith vivent en moi". Du coup, pas besoin de justifier leur présence improbable, ce sont eux-aussi des fantômes de la Force, version côté obscur. Curieux de savoir ce que dit le roman là-dessus.

Bleaxh
05/03/2020 à 19:47

Lisez l'Empire des ténèbres qui à était fait sous Lucas vous verrez qu'au finale ils ont pas inventé grand chose

TofVW
05/03/2020 à 19:20

@Atchoum "Inventer d'autres ennemis que les siths n'est pas infaisable."
J'ai hâte du jour où Disney va introduire les Yuuzhan Voong, en modifiant tout ce qui fait leurs caractéristiques. J'ai mal à mon Star Wars.

Atchoum
05/03/2020 à 16:40

@Birdy
La surenchère d'effets spéciaux pourquoi pas, mais je trouve que le problème ne vient pas de la surenchère, mais de l'appauvrissement du scénario. Inventer d'autres ennemis que les siths n'est pas infaisable. Ne pas avoir recours aux mêmes grosse ficelles du clonage, et faire un effort d'écriture pour que les film soit compréhensibles sans avoir besoin de sortir des romans explicatifs non plus.

Birdy
05/03/2020 à 14:11

Et je suis bien d'accord pour les clowns. Seul Stephen King sait les utiliser comme il faut.

Birdy
05/03/2020 à 14:09

@tchoum : au début de Dragon Ball, Sangoku faisait à peine des arts martiaux, et prenait la pâté par Tortue Géniale... A la fin il explose des planètes en éternuant et passe par 17 couleurs de cheveux.
Avec le temps, tout va dans la surenchère. Et Lucas lui même aurait sans doute élargi la palette des Jedis si ses budgets et moyens FX l'avaient permis, il suffit de voir ses modifs, et sa prélogie, où les jedis décapsulent leur coca avec un sabre laser.

Plus

votre commentaire